Équipe de France : en l’absence d’Hugo Lloris, la hiérarchie des gardiens peut-elle évoluer ?

FOOTBALL – Hugo Lloris blessé, Steve Mandanda, Alphonse Areola et Benoît Costil ont été retenus par Didier Deschamps pour les deux matchs amicaux à venir, vendredi face au Pays de Galles et mardi en Allemagne. Les lignes peuvent-elles bouger dans ce secteur d’ici à la Coupe du monde ?

"Chaque entraîneur a sa façon de procéder. Moi, je veux que les choses soient claires. Je considère qu’un gardien doit connaître la hiérarchie. Il y a un n°1, un n°2 et un n°3. Après, est-ce que ça peut bouger ? Tout dépend ce que font les joueurs." Ainsi a parlé Didier Deschamps lundi. Si une question sur cette hiérarchie lui a été posée en conférence de presse, c’est de toute façon qu’un doute existe, surtout en l’absence du capitaine, Hugo Lloris, pour ce rassemblement des Bleus. Lors des deux matchs amicaux à venir, au Stade de France face au Pays de Galles vendredi, puis en Allemagne mardi, il se pourrait que Steve Mandanda et Alphonse Areola jouent une rencontre chacun. Ce qui ne serait pas anodin.

C’est un jeune gardien qui gagne en assurance et en maturitéDidier Deschamps, au sujet d'Alphonse Areola

Si le sélectionneur reste catégorique concernant les statuts de l’un et de l’autre – "En l’absence de Hugo, Steve est n°1, Alphonse est n°2", a-t-il pris soin de préciser lundi – il faut bien considérer leurs âges et leurs situations respectives. Steve Mandanda a 32 ans, Alphonse Areola en a 24. Le premier, intraitable avec l’OM cette saison après un an à cirer le banc de Crystal Palace, a passé l’essentiel de sa carrière internationale dans l’ombre (24 sélections en près de dix ans chez les Bleus)  d’Hugo Lloris, qui a un an de moins que lui. Alphonse Areola, lui, représente l’avenir. Titulaire au PSG depuis cet été, le portier se montre enfin convaincant. Et prometteur.

En vidéo

Steve Mandanda : son plus grand regret en Bleu ? "Ne pas avoir eu les épaules assez larges pour garder la place de N.1"

Didier Deschamps, qui vient de prolonger son contrat de sélectionneur jusqu’en 2020, a considérablement rajeuni son groupe depuis l’Euro 2016 et ne cache pas qu’il voit plus loin que le Mondial à venir. Interrogé sur le gardien parisien lundi, il a dit ceci : "Alphonse a débuté la saison en n° 1 sans avoir beaucoup d'assurance jusqu'à la fin du mercato (sourire). Maintenant, il a la confiance de son entraîneur et ça se ressent. Il dégage beaucoup de sérénité, même s’il n’est pas à l'abri de commettre une erreur, comme il a pu en faire l’an passé. Il a un travail important dans la relance et le jeu au pied avec le PSG. Il joue dans un club où on n’a parfois qu’un arrêt ou deux à faire par match, ce n’est pas évident et il le fait bien. C’est un jeune gardien qui gagne en assurance et en maturité."

Deschamps doit choisir entre le court et le long terme

Par souci de diplomatie et de loyauté envers Steve Mandanda, qu’il connaît depuis son passage à l’OM, Didier Deschamps pourrait toutefois aussi bien aligner le portier marseillais sur les deux prochains matchs des Bleus, pour le récompenser de ses récentes performances en club. Mais Alphonse Areola continue d’attendre sa première sélection et si l’idée est d’opérer un passage de témoin en douceur, le titulariser contre le Pays de Galles, le moins prestigieux des deux matchs, doit forcément traverser l’esprit de sélectionneur, qui n’a pas dû oublier non plus la bourde d’Hugo Lloris ayant coûté une fâcheuse défaite aux Bleus en Suède (2-1) au mois de juin dernier…

Il s’agit donc ici, pour le coach, de choisir entre court et long terme, dans une des rares fenêtres dont il dispose, d’ici au Mondial, pour tenter des expérimentations. Nicolas Dehon, qui a spécifiquement entraîné les deux hommes (Mandanda au Havre, Areola à Paris) durant leurs formations, a dressé le constat suivant dans L’Équipe : "Ils ont beaucoup de traits communs, ils prennent de la place dans la cage et sont agressifs sur l’attaquant. Steve a a une personnalité très affirmée, c’est le patron de sa défense. Il est très, très fort mentalement, moins perméable au regard extérieur. Alphonse, du fait de son âge, dépend plus des autres. La clé pour qu’il s’exprime complètement, c’est le regard posé sur lui. Il a besoin de sentir cette confiance." Donc de jouer. Voire de passer n°2 dès que possible ?

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coupe du monde de football 2018 en Russie

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter