Équipe de France : pourquoi Didier Deschamps a choisi de ne pas convoquer Steve Mandanda (alors qu’il a sélectionné 4 gardiens)

Football

FOOTBALL – Le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps, a inscrit les noms de quatre gardiens dans sa liste, rendue publique ce mardi, en vue du match amical contre la Bolivie (2 juin) et des éliminatoires de l'Euro 2020 en Turquie et en Andorre (8 et 11 juin). Mais celui de Steve Mandanda, doublure historique d’Hugo Lloris, n’y figure pas...

Dans un groupe France qu’il ne modifie généralement qu’à la marge, par petites retouches, liste par liste, le choix que vient d’effectuer Didier Deschamps dans celle rendue publique ce mardi, en vue du match amical contre la Bolivie (2 juin) et des éliminatoires de l'Euro 2020 en Turquie et en Andorre (8 et 11 juin), s’apparente à un coup de tonnerre. Le sélectionneur des Bleus a en effet délibérément choisi de se passer de Steve Mandanda, inamovible gardien n°2 dans une hiérarchie tricolore restée très longtemps inchangée, alors qu’il a convoqué pas moins de quatre portiers !

Là, j’ai pris la décision de ne pas prendre Steve mais je ne vais pas m’engager sur le futur.- Didier Deschamps ce mardi

Pourquoi quatre ? Parce qu’Hugo Lloris, l’habituel titulaire, disputera, le 1er juin, avec son équipe de Tottenham, la finale de la Ligue des champions contre Liverpool. Ce qui implique qu’il ne puisse être aligné lors de la première des trois rencontres des Bleus à venir, le lendemain à Nantes face à la Bolivie. Mais alors pourquoi, dans ce cas, ne pas justement aligner, à cette occasion, le gardien de l’OM, remplaçant de celui des Spurs chez les Bleus depuis presque une décennie ?

Voir aussi

"C’est un choix du moment", a répondu Didier Deschamps ce mardi, lors de la conférence de presse donnée en marge de l’annonce de sa liste. "Steve a vécu une saison compliquée, son club aussi. Il a eu une blessure qui a fait que son rendement a été en-dessous de ce qu’il est capable de faire. Il était là en novembre et en mars. Là, j’ai pris la décision de ne pas le prendre mais je ne vais pas m’engager sur le futur. Il fait toujours partie de nos gardiens, il n’est pas appelé simplement parce que les autres qui sont là méritent plus d’y être."

Sur mes onze saisons à l'OM, c'est la première où je passe complètement à travers.- Steve Mandanda dimanche

L’expression utilisée par le sélectionneur, "un choix du moment", a de quoi interpeller, sachant qu’il privilégie systématiquement l’ancienneté, le vécu commun avec le groupe, à la forme du moment des joueurs, argument maintes fois utilisé pour justifier la sélection d’Olivier Giroud au détriment d’Alexandre Lacazette, ou plus récemment la convocation d’un Samuel Umtiti hors de forme plutôt que celle d’un Clément Lenglet titulaire à sa place avec Barcelone (les deux défenseurs figurent toutefois dans cette dernière liste, en raison de l’absence de Presnel Kimpembe).

Voir aussi

Steve Mandanda l’a, du reste, lui-même reconnu : il sort de "la pire saison" de sa carrière. Mais aucun de ses précédents passages à vide n’avait pour autant conduit Didier Deschamps à se passer de ses services. La différence, en l’occurrence, c’est que le gardien n°2 devra, cette fois, jouer au moins un match entier, et que, vu sa forme "du moment", cela pourrait placer le portier marseillais dans une fâcheuse situation, en cas de contre-performance, voire de grosse bourde... C’est, du moins, l’explication avancée ce mardi par le quotidien L’Équipe.

Vers une prochaine retraite internationale ?

Didier Deschamps avait fait de Steve Mandanda son capitaine du temps où il entraînait l’OM (de 2009 à 2012) et il reste très attaché à l’homme, dont la voix porte dans le vestiaire des Bleus, ce qu’on a pu voir durant la dernière Coupe du monde, et plus particulièrement dans le documentaire de TF1 "Les Bleus 2018 : au cœur de l’épopée russe". Il n’est donc effectivement pas exclu que le sélectionneur veuille ainsi protéger son gardien, en attendant un éventuel retour en meilleure forme la saison prochaine. Mais il ne faut pas oublier non plus que Steve Mandanda a aujourd’hui 34 ans, un âge qui le destine à une prochaine retraite internationale, quand ses concurrents, derrière Hugo Lloris, ont tous moins de 30 ans (26 pour Areola, 28 pour Lecomte, 23 pour Maignan), et représentent l’avenir.

Voir aussi

Éblouissant lors de sa première sélection, le 6 septembre en Allemagne (0-0 en Ligue des nations), Alphonse Areola se voit donc offrir une nouvelle chance de briller dans les cages des Bleus. Et si c’est le cas, le Parisien aura ainsi une corde de plus à son arc pour bouleverser la hiérarchie, et passer du statut de n°3 à celui de n°2. Il serait, du moins, beaucoup plus difficile pour Steve Mandanda de revenir après coup. Surtout, le sélectionneur pourrait être tenté d’installer un portier plus jeune encore en 3e larron, histoire d’anticiper l’après-Euro 2020. Après tout, Hugo Lloris lui-même, qui aura 33 ans en 2019, n’est pas beaucoup plus jeune. Et Didier Deschamps a pris l’habitude, depuis sa prise de fonctions en 2012, de rajeunir considérablement son groupe entre deux grandes compétitions internationales. Lesquelles, rappelons-le, ont lieu tous les deux ans.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter