Equipe de France : sermonné par Didier Deschamps, Ousmane Dembélé joue avec le feu

Equipe de France : sermonné par Didier Deschamps, Ousmane Dembélé joue avec le feu

Football
DirectLCI
FOOTBALL – En pleine tourmente du côté de Barcelone, Ousmane Dembélé a, en outre, eu droit à un avertissement public de Didier Deschamps. Sans frais ?

Ce lundi soir, Moussa Sissoko s’est invité dans l’actualité de l’équipe de France. Non, pas le milieu de Tottenham, rappelé par Didier Deschamps dans le groupe un an après sa dernière sélection, pour palier le forfait de Paul Pogba. On parle de son homonyme, l’agent d’Ousmane Dembélé, interrogé sur la chaîne RMC Sport, concernant l'actualité agitée de son poulain, écarté par son entraîneur au FC Barcelone, Ernesto Valverde, en raison d’une absence à une séance d’entraînement, jeudi.

Ce que le club nous a reproché, c’est qu’il aurait dû prévenir un peu avant.Moussa Sissoko, agent d'Ousmane Dembélé

"Ousmane était malade. Il n’avait pas dormi de la nuit, il était très fatigué, il a loupé l’entraînement du matin. Ce que le club nous a reproché c’est qu’il aurait dû prévenir un peu avant pour qu’un médecin puisse venir constater sa méforme chez lui, et il l’a fait en retard. Ousmane était malade, le club a confirmé qu’il avait bien une gastro. Il a loupé l’entraînement à cause de ça et je suis très surpris qu’on puisse faire des polémiques aussi quand Ousmane est malade", a déclaré le conseiller.

Prévenir son employeur quand on est malade fait pourtant des choses qui se font, dans le football comme dans beaucoup d’autres corps de métier. L’affaire fait, plus largement, écho au manque de professionnalisme dont on accuse souvent le jeune homme de 21 ans. "Il n’a pas totalement conscience des exigences du très haut niveau", avait ainsi dit, à son sujet, Didier Deschamps, dès le 4 octobre. 

Ce que je dois améliorer ? La finition et éviter les pertes de balle bêtes.Ousmane Dembélé

Relancé lundi 12 novembre sur l’affaire de la gastro-entérite, le sélectionneur des Bleus en a, logiquement, remis une couche : "Ousmane est un peu coutumier du fait, par rapport à certains retards. Je ne désespère pas qu’il prenne conscience qu’il doit améliorer ces aspects-là. Il va dire qu’il n’est pas le seul, mais que ce soit à Barcelone ou en équipe de France, il doit vraiment être plus attentif à ces choses qui font partie de la vie d’un footballeur de haut niveau et de ses exigences. Ces situations se répètent. Plus tôt il arrêtera et l’inclura dans son fonctionnement, et mieux ce sera pour tout le monde." Puis le coach de conclure, presque menaçant : "Si ça ne répond pas, je ferai en sorte de lui faire comprendre différemment."

Hasard ou coïncidence : quelques minutes plus tard, tandis que les Bleus prenaient le chemin de l’entraînement à Clairefontaine, les témoins ont vu le sélectionneur s’entretenir longuement avec Dembélé. Au même moment, sur RMC Sport, son agent Moussa Sissoko tapait, lui, du poing sur la table : "Il fait un super début de saison en mettant six buts et deux passes décisives. On est conscients qu’il y a des choses à améliorer, à son âge, c’est normal. Mais Ousmane est très tranquille, il continue de bien bosser. Toutes ces critiques me font bien rire. Ça avait commencé avec de soi-disant retards. Je suis très surpris que des journaux très sérieux puissent reprendre de telles informations parce qu’Ousmane n’est pas arrivé en retard."

Un cuisiner renvoyé

Ce déni, on l’a retrouvé chez le joueur lui-même le 28 octobre, dans l’émission Téléfoot. "Je ne suis pas nonchalant. Il (Didier Deschamps) veut me piquer pour que je donne le meilleur de moi-même, expliquait-il en effet. Lors des derniers matchs, j’étais sur le banc. Je veux redevenir titulaire. Ce que je dois améliorer ? La finition et éviter les pertes de balle bêtes." La "prise de conscience" espérée par Didier Deschamps ne se traduit pas, en tout cas, dans ces mots, ni dans ceux de son agent.

En vidéo

Dembélé : "J'ai l'habitude qu'on me pique"

Encore moins dans les mots de Gérard Piqué, taulier du vestiaire du Barça qui, dimanche, après le match contre le Betis Séville, a reconnu l’existence du problème en déclarant : "Nous devons l’aider à comprendre que le football est un travail à plein temps, 24 heures sur 24. Il doit s’améliorer dans son comportement." Son comportement ? En fait son mode de vie, avec des invités en permanence, des nuits blanches passées devant sa console. Sans parler de son alimentation : la saison passée, le club lui avait embauché un cuisinier, que le joueur avait ensuite renvoyé. Les choses ne se sont pas arrangées depuis.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter