Euro 2016 : plaidoyer pour un retour de Mathieu Valbuena en équipe de France

Euro 2016 : plaidoyer pour un retour de Mathieu Valbuena en équipe de France

EDITO - Quatre matchs et quatre mois que l’équipe de France doit se passer de ses deux meilleurs éléments offensifs, Karim Benzema et Mathieu Valbuena, emportés par l’affaire de la sextape. Et si un retour de l’attaquant du Real Madrid reste globalement envisagé, tout le monde s’accorde désormais à penser que le milieu lyonnais n’a plus sa place dans le groupe. Pourtant, il convient de ne pas avoir la mémoire courte, ni de négliger ce qu’apporterait un tel joueur durant l’Euro 2016.

Le proverbe dit que les absents ont toujours tort. L’opinion publique, aussi. Nous-mêmes, nous avons écrit un article démontrant, statistiques à l’appui, que l’équipe de France pouvait très bien se passer de Karim Benzema et Mathieu Valbuena, deux protagonistes de l’affaire de la sextape tenus à l’écart de la sélection pour des raisons différentes. Mais depuis les deux derniers matchs des Bleus, aux Pays-Bas (2-3) vendredi puis contre la Russie (4-2) mardi, une nouvelle tendance indique carrément que les chances tricolores de remporter l’Euro augmenteraient si Didier Deschamps n’incluaient pas les "deux garnements" (on cite Noël Le Graët) dans sa liste des 23. Ce qui nous semble un peu fort de café.

Concernant Karim Benzema, Didier Deschamps a évacué la question en une phrase, dès le 12 mars dans L’Équipe : "Tous les pays nous l’envient." Le cas de Mathieu Valbuena est forcément plus épineux. Si le Lyonnais marchait lui aussi sur l’eau en club, il n’y aurait même pas un semblant de discussion. Le problème, c’est que de nombreux observateurs voudraient qu’il soit bon quand il est blessé, ce qui, rappelons-le ici, n’est physiquement pas possible.

À LIRE AUSSI >> Euro 2016 : pourquoi les Bleus se remettraient des absences de Benzema et Valbuena

Dans les faits, il a été absent tout le mois de décembre, est revenu mi-janvier, s’est reblessé un mois plus tard, et on ne l’a pas revu depuis. On nous objectera qu’en 28 apparitions sous le maillot de l’OL cette saison, il a eu le temps de se montrer plus à son avantage. On répliquera que, quand le joueur a été aligné, toute l’équipe lyonnaise était indigente. On en entend aujourd’hui qui disent que Lyon joue mieux parce qu’il n’est pas là. On appelle cela un délit de sale gueule.

Admettons maintenant que Mathieu Valbuena puisse retrouver son véritable niveau dans les deux prochains mois. Certains l’imaginent pour Nabil Fekir, touché aux ligaments croisés, alors pourquoi pas lui, qui a souffert de blessures beaucoup moins graves ? Le sélectionneur serait alors obligé de prendre en compte tout le bien qu’a fait le meneur de jeu à son équipe de France jusqu’à il n’y a pas si longtemps. On se souvient d’ailleurs qu’en septembre, au Portugal, pour intégrer Nabil Fekir dans son onze de départ, Didier Deschamps avait sorti Mathieu Valbuena de son équipe pour la toute première fois. Résultat : Mathieu Valbuena est entré en jeu, a été le meilleur et a inscrit le coup franc de la victoire.

EN SAVOIR + >>  Affaire de la sextape : Noël Le Graët va "probablement" organiser une rencontre entre Benzema et Valbuena

On parle ici d’un éternel mal-aimé qui s’est construit et s’est même toujours nourri de l’adversité. Imaginez à quel point il doit être revanchard aujourd’hui. Et quel serait son niveau s’il revenait des enfers pour disputer cet Euro qui l’obsède tant. Quand on se remémore ses meilleurs jours, il n’est même pas farfelu de penser qu’il pourrait porter les Bleus à bout de bras. On sait que beaucoup poufferont à la lecture de ces dernières phrases. En ce qui nous concerne, le fait que l’un des tout meilleurs joueurs français soit considéré comme une pipe en six mois nous échappe.

Enfin, pour le symbole, il serait inconcevable de mettre au ban la victime de l’affaire de la sextape tout en rappelant l’un des complices présumés de ladite tentative de chantage. Puisqu’on parle de justice, il serait sans doute légitime d'étendre nos souvenirs un peu au-delà des dernières semaines. Se rappeler qu’un Dimitri Payet sur le banc a pu, dans un passé pas si lointain, devenir nuisible pour un groupe à la manière d'un Samir Nasri. Que Noël Le Graët conditionne, de fait, le retour de Karim Benzema au rabibochage avec Mathieu Valbuena. Que l’image aura son importance à l’échelle d’une grande compétition internationale. Que, dans leurs déclarations, les joueurs ont tous et systématiquement appelé de leurs vœux un retour des deux hommes. On s’y joint, aujourd'hui plus que jamais.

À LIRE AUSSI >> "Les supporters lyonnais vomissent Mathieu Valbuena"

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Des maires dénoncent "des carences" de l'État dans la livraison des vaccins

Vaccin Pfizer : les livraisons à l'UE vont être retardées de "trois à quatre semaines"

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

"Il va falloir encore tenir" : la réponse de Macron à Heidi, l'étudiante à bout qui l'a interpellé

Lire et commenter