Euro 2020 : tout ce qu’il faut savoir pour bien suivre (et comprendre) le tirage au sort

Euro 2020 : tout ce qu’il faut savoir pour bien suivre (et comprendre) le tirage au sort
Football

FOOTBALL – À sept mois du coup d’envoi de l’Euro 2020 (12 juin-12 juillet), le premier de l’histoire à être organisé dans 12 pays différents, se tient samedi à Bucarest un tirage au sort bien plus compliqué qu’à l’accoutumée. Mode d’emploi.

S’il convient de toujours rappeler que, dans une actualité souvent dramatique, le football n’est pas un sujet sérieux, ce qui en fait comme un refuge, au moment d’aborder le tirage au sort des groupes du Championnat d’Europe des nations 2020 se tenant samedi à Budapest, nous ferons néanmoins appel à toute votre concentration. 

De fait, la nouvelle formule de la compétition, élargissant le nombre d’équipes participantes à 24 (contre 16 auparavant), conjuguée à une organisation étalée pour la toute première fois sur douze pays différents (contre un ou deux auparavant), rendent la cérémonie bien plus complexe à suivre que dans un passé récent. Passage en revue des questions qui se posent. 

À quelle heure et sur quelle chaîne suivre le tirage au sort ?

Pour le coup, cela a le mérite d’être clair : deux chaînes gratuites diffuseront en direct, à partir de 18h, la cérémonie, à savoir TMC (groupe TF1) et W9 (groupe M6).

Lire aussi

Connaît-on déjà toutes les équipes qualifiées ?

Non, puisque quatre équipes doivent encore passer par les barrages pour valider leur qualification. Des barrages qui, jusqu’alors, se tenaient un mois avant le tirage au sort et opposaient les meilleurs deuxièmes de groupe des éliminatoires mais qui, cette fois, se tiendront du 26 au 31 mars 2020 et opposeront, via des demi-finales et une finale (contre un simple aller-retour auparavant) des équipes issues (selon leur classement lors de la phase de groupes de l’automne 2018, et si elles ne se sont pas qualifiées via les éliminatoires) des quatre Ligues de la Ligue des nations. 

Voici les affiches des demi-finales de chaque Ligue : 

Demi-finales de la Ligue A : Islande-Roumanie et Bulgarie-Hongrie

Demi-finales de la Ligue B : Bosnie-Herzégovine - Irlande du Nord et Slovaquie - République d'Irlande

Demi-finales de la Ligue C : Écosse-Israël et Norvège-Serbie

Demi-finales de la Ligue D : Géorgie-Biélorussie et Macédoine du Nord - Kosovo

Le détail du programme de ces barrages dans le tweet ci-dessous.

Voir aussi

Comment les équipes seront-elles réparties ?

C’est là qu’on entre dans le dur du sujet. Au premier tour de la phase finale, il y aura six groupes (de A à F) de quatre équipes. Chaque équipe tirée dans un groupe donné sera issue d’un des quatre chapeaux (de 1 à 4) où on les aura disposées, sur la base d’un classement établi en fonction de leurs résultats dans les éliminatoires, les mieux classées se retrouvant dans le chapeau 1 (celui des têtes de série) et les moins bien classées dans le 4. 

Le principe : deux équipes issues d'un même chapeau ne peuvent pas tomber dans le même groupe, l’idée étant d’éviter que les favoris se rencontrent et s’éliminent entre eux trop tôt.

Voir aussi

La répartition des équipes qualifiées (et des barragistes)

  • 1Chapeau 1

    Belgique

    Italie (hôte)

    Angleterre (hôte)

    Allemagne (hôte)

    Espagne (hôte)

    Ukraine

  • 2Chapeau 2

    France

    Pologne

    Suisse

    Croatie

    Pays-Bas (hôte)

    Russie (hôte)

  • 3Chapeau 3

    Portugal

    Turquie

    Danemark (hôte)

    Autriche

    Suède

    République tchèque

  • 4Chapeau 4

    Pays de Galles

    Finlande

    Vainqueur barrage A

    Vainqueur barrage B

    Vainqueur barrage C

    Vainqueur barrage D

Vous suivez ? Très bien, parce que cela va se corser.

Quid des pays hôtes ?

Outre cette hiérarchie directement liée aux résultats récents, le tirage au sort devra aussi tenir compte des pays hôtes s’étant qualifiés (ce n’est, par exemple, pas le cas de la Roumanie, qui accueille pourtant ce tirage au sort). Concrètement, chacune de ces nations hôtes qualifiées aura la garantie de disputer au moins deux matchs chez elle, ce qui implique qu’elles ne se rencontrent pas dès le premier tour (où chaque équipe dispute 3 matchs), et donc qu'un groupe leur soit déjà assigné.

Les douze villes (potentiellement) concernées (à raison d'un stade par pays)

  • 1Amsterdam (Pays-Bas, qualifiés et placés dans le chapeau 2)

    3 matchs du groupe C (14, 18, 22 juin), et un 8e de finale (27 juin)

  • 2Bakou (Azerbaïdjan, non qualifié)

    3 matchs du groupe A (13, 17, 21 juin), et un quart de finale (4 juillet)

  • 3Bilbao (Espagne, qualifiée et placée dans le chapeau 1)

    3 matchs du groupe E (15, 20, 24 juin), et un 8e de finale (28 juin)

  • 4Bucarest (Roumanie, barragiste Ligue A)

    3 matches du groupe C (14, 18, 22 juin), et un 8e de finale (29 juin)

  • 5Budapest (Hongrie, barragiste Ligue A)

    3 matchs du groupe F (16, 20, 24 juin), et un 8e de finale (28 juin)

  • 6Copenhague (Danemark, qualifié et placé dans le chapeau 3)

    3 matchs du groupe B (13, 18, 22 juin), et un 8e de finale (29 juin)

  • 7Dublin (Irlande, barragiste Ligue B),

    3 matchs du groupe E (15, 19, 24 juin), et un 8e de finale (30 juin)

  • 8Glasgow (Écosse, barragiste Ligue C)

    3 matchs du groupe D (15, 19, 23 juin), et un 8e de finale (30 juin)

  • 9Londres (Angleterre, qualifiée et placée dans le chapeau 1)

    3 matchs du groupe D (14, 19, 23 juin), un 8e de finale (27 juin), les deux demi-finales (7, 8 juillet) et la finale (12 juillet)

  • 10Munich (Allemagne, qualifiée et placée dans le chapeau 1)

    3 matchs du groupe F (16, 20, 24 juin), et un quart de finale (3 juillet)

  • 11Rome (Italie, qualifiée et placée dans le chapeau 1)

    3 matchs du groupe A (12, 17, 21 juin), et un quart de finale (4 juillet)

  • 12Saint-Pétersbourg (Russie, qualifiée et placée dans le chapeau 2)

    3 matchs du Groupe C, (13, 17, 22 juin), et un quart de finale (3 juillet)

Lire aussi

Y a-t-il d'autres contraintes ?

Une seule : la "restriction géopolitique" (selon le terme officiel de l'UEFA, organisatrice du tournoi) qui empêche, au regard du contexte diplomatique tendu, la Russie et l’Ukraine de tomber dans le même groupe.

Lire aussi

Que sait-on déjà du tirage au sort à venir ?

Toutes ces contraintes accumulées permettent d'établir les déductions mathématiques suivantes.

  • 1Groupe B

    Étant donné que les cinq autres nations du chapeau 1 ont des groupes prédéfinis à cause de leur statut d'hôtes ou des restrictions géopolitiques, la Belgique est assignée au groupe B.

  • 2Groupe C

    L'Ukraine (chapeau 1) ne pouvant se retrouver dans le groupe de la Russie (hôte du groupe B), et toutes les autres équipes du chapeau 1 ayant des groupes prédéfinis, elle est assignée au groupe C.

  • 3Groupes A et B

    Les barragistes étant les hôtes des groupes C, D, E et F, ces groupes leurs sont réservés, ce qui ne laisse que les groupes A et B pour le Pays de Galles et la Finlande, équipes placées dans le chapeau 4.

  • 4Groupes C et F

    La Hongrie (hôte du groupe F) et la Roumanie (hôte du groupe C) figurent toutes deux dans les barrages de la Ligue A. Si la Roumanie gagne ce barrage, elle sera assignée au groupe C, sinon le vainqueur ira dans le groupe F. De plus, toujours dans le cas de figure où la Roumanie remporte les barrages de la Ligue A, le vainqueur des barrages de la Ligue D sera assigné au groupe C ou F.

  • 5Groupe E

    L'Irlande (hôte du groupe E) est qualifiée pour les barrages de la Ligue B, c'est pourquoi le vainqueur des barrages de la Ligue B est assigné au groupe E.

  • 6Groupe D

    L'Écosse (hôte du groupe D) est qualifiée pour les barrages de la Ligue C, c'est pourquoi le vainqueur des barrages de la Ligue C est assigné au groupe D.

Le reste, on vous le promet, sera seulement le fruit du hasard.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter