"Le football n’est rien, croyez-moi", lance Nuri Sahin, le milieu de Dortmund, très ému après le match contre Monaco

Football
DirectLCI
RÉACTIONS – Peu de joueurs de Dortmund ont souhaité s’exprimer après leur défaite face à Monaco (2-3) mercredi soir en Ligue des champions, match joué au lendemain des explosions qui ont blessé l’un de leurs coéquipiers. Deux d’entre eux ont néanmoins répondu aux questions des médias, ne cherchant à dissimuler ni leur émotion, ni leur amertume.

Cela n’a été un match comme les autres pour personne. Mais pour les joueurs de Dortmund encore moins. Joué au lendemain des trois explosions près du bus de l’équipe qui a blessé le défenseur Marc Bartra, le quart de finale aller de Ligue des champions face à Monaco, finalement perdu (2-3), a laissé un goût amer dans le groupe et le staff du Borussia. L’entraîneur, Thomas Tuchel, a ainsi laissé libre cours à sa colère après la rencontre, pestant contre le fait que l’UEFA les ait obligés à jouer aussi tôt après l’attaque : "Comme si on nous avait envoyé une canette de bière contre le bus ! Il s'agit aussi de notre rêve de jouer une demi-finale de Ligue des champions, nous aurions voulu être à notre meilleur niveau !" De leur côté, ses joueurs, eux, n’avaient même pas le cœur à râler, ni à se préoccuper du score.

La plupart ont d’ailleurs refusé de s’exprimer en zone mixte (l’espace dévolu aux échanges entre footballeurs et journalistes). À l’exception notable de deux d’entre eux. "C'est dur d'en parler, dur de trouver les bons mots, a confié le milieu Nuri Sahin, l’un des rares parmi les siens à avoir été excellent sur le terrain. Non, bien sûr, nous ne voulions pas jouer, mais nous savions que nous avions des responsabilités, nous représentons un des plus grands clubs du monde, c'est une grosse compétition, la Ligue des champions. On devait jouer. Nous avons essayé de donner tout ce que nous pouvions et, dans cette situation, nous avons malgré tout joué un bon match. Le football n'est vraiment rien après ce que nous avons vécu." 

En vidéo

Football : solidarité pour les supporters du match Dortmund-Monaco

Tout aussi ému et marqué, son partenaire, le défenseur Sokratis Papastathopoulos, a consenti à dire ceci : "Nous ne sommes pas des animaux. Nous avons une famille, des enfants. J’ai vécu la pire journée de ma vie hier (mardi). Dans ma tête, il n’y avait pas de place pour un match." Dans celle de Nuri Sahin non plus : "Je ne sais pas si les gens peuvent comprendre ça mais, jusqu'au moment où je suis entré sur la pelouse, je n'ai pas pensé au football. Hier (mardi) soir, je n'ai réalisé ce qu'il se passait que lorsque je suis rentré chez moi et que j'ai vu ma femme et mon fils qui m'attendaient. À ce moment-là, j'ai compris à quel point nous avions eu de la chance. Nous aimons le football, nous souffrons avec le football et je sais que nous gagnons beaucoup d'argent, que nous sommes des privilégiés, mais nous sommes aussi des êtres humains et il y a tellement plus que le football dans ce monde... (il s'interrompt) J'en ai la chair de poule. Je ne peux pas oublier ces visages dans le bus. Je ne les oublierai jamais...  Le football n’est rien, croyez-moi."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter