Ezequiel Lavezzi, au nom de l'oncle

Ezequiel Lavezzi, au nom de l'oncle

DirectLCI
LIGUE 1 - Frappé par un terrible deuil cette semaine, Ezequiel Lavezzi, l'attaquant argentin du PSG, sera particulièrement scruté ce vendredi soir face à Valenciennes.

Face au drame, il n'y a que deux façons d'appréhender le football : soit il devient complètement dérisoire, soit le terrible contexte en fait comme un refuge. Tandis que Paris reçoit Valenciennes, ce vendredi soir au Parc des Princes, Ezequiel Lavezzi se trouvera à ce croisement. L'attaquant international argentin a perdu son oncle mardi. Jorge (60 ans) a été assassiné d'une balle dans la tête pour être détroussé de son portefeuille et son téléphone portable, dans le quartier de Villa Gobernador Galvez, à Rosario. Son corps a été retrouvé gisant dans une camionnette abandonnée près de la rivière Rio Parana, où l'homme allait acheter son poisson tous les jours.

Une semaine auparavant, le joyeux drille du vestiaire parisien avait beaucoup agacé son entraîneur, Laurent Blanc, à force de tout rater contre Nantes (1-2) en Coupe de la Ligue . Se qualifiant ensuite lui-même de "pire joueur du match" sur les réseaux sociaux, avant de débuter le choc de dimanche à Monaco (1-1) sur le banc. Ayant bénéficié jusqu'alors de la faible concurrence à son poste et de l'incapacité des Ménez, Lucas et Pastore à saisir leur chance, Lavezzi venait, semblait-il, de laisser passer la sienne. Dans quel état d'esprit se trouve-t-il à présent ?

"J'en discuterai avec lui, s'il veut bien en discuter avec moi, a confié le coach jeudi après-midi. Ces derniers jours, il s'est entraîné tout à fait normalement, malgré ce deuil personnel. Sa participation au match reste à voir mais je compte sur lui. Enfin, je veux dire qu'il est considéré comme apte à jouer et fera partie du groupe que je convoquerai. Je sais qu'il est très affecté, mais il fait son travail comme il doit le faire, sans problème." Comprendre : comme si de rien n'était. Pourtant, mercredi, Diego Lavezzi indiquait que son attaquant de frère était "dévasté" et "très préoccupé"... Faute de pouvoir se rendre aux obsèques, pour cause de Ligue des champions mardi, a-t-il finalement d'autre choix que de faire son deuil sur les terrains de football ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter