Fair-play financier : et les sanctions pour le PSG sont...

Fair-play financier : et les sanctions pour le PSG sont...

DirectLCI
FOOTBALL - Sanctionné par l'UEFA dans le cadre du fair-play financier, le club de la capitale va connaître en fin de semaine les peines qui le toucheront. Mais celles-ci sont déjà annoncées, entre amendes et, plus embêtant, limitation des transferts et de la masse salariale.

Le couperet va tomber. C'est cette fin de semaine que les clubs visés par l'instance de contrôle de l'UEFA dans le cadre du fair-play financier vont recevoir leur cahier de châtiment. Parmi la liste des mauvais élèves, deux figurent dans les plus grands d'Europe : Manchester City et le Paris Saint-Germain. Mais alors que l'éventail de sanctions est aussi large que les épaules d'Alex, il semble que la punition se précise pour les champions de France.

Cela fait plusieurs semaines, déjà, que les médias annoncent certaines sanctions, parmi lesquelles deux principales qui semblent effectives : l'encadrement de la masse salariale et la limitation des transferts. La première oblige le PSG à ne pas augmenter le total des salaires versés et implique donc une chose : il ne pourra pas recruter tant qu'il n'aura pas vendu ou prêté, pour faire au préalable baisser sa masse salariale, actuellement la plus élevée d'Europe (240 millions d'euros). Et, autre conséquence directe, le salaire des futures recrues ne pourra pas atteindre de niveau démesuré.

Un gros transfert possible, pas deux

La limitation des transferts signifie que les champions de France ne pourront pas multiplier les recrues . Un gros poisson, s'il n'est pas du calibre de Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo pourrait toujours arriver, mais sans doute pas deux. La limite officieuse serait de 60 millions d'euros maximum, que les dirigeants parisiens ne pourraient pas scinder en plusieurs petites parties. Les signatures de Daniel Alvès et Eden Hazard ou Miralem Pjanic, espérées par Paris, semblent donc compliquées dans les faits.

A ces deux grosses directives s'ajoutent d'autres sanctions, plus minces mais contraignantes néanmoins, détaillées par L'Equipe ce mardi. Le PSG n'aura le droit d'aligner que 21 joueurs pour participer à la prochaine Ligue des champions, contre 25 pour les autres clubs, cette liste comprenant, obligatoirement, 8 joueurs formés localement (comme Rabiot, Ongenda, Areola, Traoré, Maignan…). Cette saison, Laurent Blanc avait couché 23 noms en début de compétition. Enfin, Paris devra payer une amende, négociée à 60 millions d'euros sur trois ans. Cette somme sera, a priori, retenue des primes que devrait toucher le club de la capitale pour son parcours en Ligue des champions.

Une bonne surprise en 2015 ?

Voilà pour le premier coup de massue. S'il veut en éviter un deuxième, le Paris Saint-Germain devra ramener son déficit à 30 millions d'euros à la fin de l'exercice 2014-2015, sous peine de sanctions encore plus importantes. A moins que le dispositif défendu par Michel Platini ne soit déclaré caduc par la Commission européenne , comme ce pourrait être le cas. Dans ce cas, le PSG aura bien limité la casse en négociant comme il l'a fait, puisqu'il a notamment convaincu l'UEFA que le partenariat passé avec l'office de tourisme du Qatar n'était pas une entourloupe financière.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter