Fair-play financier : l'UEFA devrait frapper, quel mercato pour le PSG ?

DirectLCI
TRANSFERS - La direction du Paris Saint-Germain s'attend à connaître ce mardi la sanction infligée par l'UEFA dans le cadre du fair-play financier, en raison d'une surévaluation de contrats de sponsoring. Elle pourrait aurait un impact non-négligeable sur le mercato du club de la capitale.

Le mercato d’été approche à grands pas et le PSG ne sait toujours pas sur quel pied danser concernant les grandes manœuvres qu’il prévoit au niveau de son effectif professionnel. Alors que les pistes se multiplient concernant certains postes clés à renforcer, les Rouge et Bleu sont sous la menace d’une sanction de l’UEFA dans le cadre du fair-play financier. Et les dirigeants parisiens ne se font guère d’illusions concernant la décision finale de l’instance européenne de football, qui devrait intervenir dans le courant du mois de juin.


Selon L’Equipe, le club de la capitale pense en effet que l’UEFA va sans doute le sanctionner, notamment en raison de la pression exercée par plusieurs cadors européens tels que le Bayern Munich, le FC Barcelone ou encore la Juventus Turin. Les faits reprochés ? Une surévaluation de contrats de sponsoring, notamment celui concernant Qatar Tourism Authority (QSA). Selon le JDD, le PSG et l’UEFA se seraient accordés sur un compromis concernant l’évaluation de la valeur de ce contrat, qui serait inférieur aux 100 millions d’euros indiqués au départ.

Les ventes pour booster le mercato ?

Si la sanction ne devrait pas être très sévère, elle pourrait néanmoins limiter considérablement le champ d’action de Nasser al-Khelaifi et Antero Henrique sur le marché des transferts. La direction craint en effet de voir son enveloppe de recrutement encadrée comme ce fut le cas en 2014. Une limitation du budget transferts qui annihilerait toute chance pour le PSG de réaliser de nouveau un mercato XXL, à l’instar de celui réalisé l’été dernier avec les signatures de Neymar et Kylian Mbappé, pour un montant total de 402 millions d’euros.


Pour réaliser un mercato à la hauteur de leurs ambitions, les patrons du PSG envisagent donc de vendre quelques éléments qui ne sont plus en odeur de sainteté tels que Layvin Kurzawa, scruté en Angleterre, Kevin Trapp, ou encore à forte valeur marchande comme l’Argentin Angel di Maria, courtisé par l’Atlético de Madrid. Viennent s'ajouter les départs programmés de Thiago Motta et Hatem Ben Arfa, en fin de contrat et qui vont donc alléger la masse salariale, ou encore celui évoqué de Javier Pastore, dont l’aventure parisienne semble toucher à sa fin.

Un latéral gauche et une sentinelle comme priorités

Au niveau des arrivées, la direction sportive, qui devrait accueillir l’Allemand Thomas Tuchel en tant qu’entraîneur de l’équipe première dans les prochaines semaines, aurait deux objectifs prioritaires : un latéral gauche et un milieu de terrain de type sentinelle. Pour le couloir gauche de la défense, L’Equipe annonce plusieurs noms sur la liste. Si l’Autrichien David Alaba paraît inaccessible, le jeune prodige anglais de Fulham Ryan Sessegnon et le Brésilien de la Juventus Turin Alex Sandro, évalués à 50 millions d’euros, seraient ciblés.


Outre ces deux priorités, le board parisien pourrait envisager de recruter un nouveau gardien pour concurrencer Alphonse Aréola. Les noms du portier italien Gianluigi Donnarumma et du Belge Thibaut Courtois seraient en tête de liste alors qu’un défenseur central de complément et un élément offensif pourraient également être recherchés, notamment en cas de départ d’Angel di Maria.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter