Fair-play financier : le PSG seul contre tous ?

Fair-play financier : le PSG seul contre tous ?

DirectLCI
MERCATO – Déjà freiné dans ses ambitions l'été dernier à cause du fair-play financier, le Paris Saint-Germain devra encore se serrer la ceinture durant le mercato estival. Une situation qui irrite le club parisien alors que Manchester City devrait voir ses sanctions disparaître.

Au régime forcé depuis que le couperet du fair-play financier est tombé au printemps 2014, le PSG, malgré un appétit d'ogre sur le marché des transferts qui s'est ouvert mardi, sera visiblement de nouveau à la diète. La force de frappe financière quasi inégalée dans le monde, incarnée par QSI (Qatar Sports Investments) n'y changera rien. D'après L'Equipe de ce mercredi, les chances de voir un allégement du fair-play financier s'amenuisent au grand dam des dirigeants parisiens. Pire. Le Paris Saint-Germain devrait être le seul grand club européen à devoir composer avec les contraintes imposées par le gendarme de l'UEFA.

Manchester City était aussi sanctionné mais le club anglais avait négocié avec l'instance européenne un déficit maximum de 20 millions d'euros au terme de la saison 2013-2014 et 10M€ en 2014-2015. Pour le PSG, il s'agissait de réduire ses pertes à 30M€ en 2014-2015 avec l'objectif de ne plus en avoir la saison prochaine.

Les Citizens ont pu rentrer dans les clous imposés grâce notamment aux droits télés de la Premier League. Le dernier 2e du Championnat a perçu 98 millions d'euros (contre 44M€ pour Paris) et serait en attente d'une lettre de l'UEFA pour avoir à nouveau les mains libres sur le mercato. Le club parisien se sentirait lésé, d'autant plus que City partirait avec un avantage considérable cet été.

Un mercato revu à la baisse

Avec sa situation économique toujours encadrée, le PSG devrait faire une croix sur l'une de ses priorités, Paul Pogba (22 ans). Le Français de la Juventus Turin pourrait rapidement recevoir une offre d'un salaire de 17 millions d'euros annuels de la part de... Manchester City. L'autre dossier chaud du triple champion de France se nomme Angel Di Maria mais la faisabilité de l'opération est complexe. Le Paris Saint-Germain ne dispose que d'une enveloppe de 48M€ - normalement 60M€, dont 12M€ sont prélevés avec le transfert de Serge Aurier – pour recruter.

Une somme qui semble insuffisante pour satisfaire Manchester United, qui a déboursé 75M€ pour l'Argentin (un record dans l'histoire du club mancunien). La seule possibilité réside dans un montage financier par le biais de bonus obligatoires, dont le paiement est différé sur la saison prochaine, ou un prêt d'option avec achat obligatoire en 2016. Le président parisien, Nasser Al-Khelaïfi, doit composer avec cette problématique et a déjà actionné un levier pour tenter de matérialiser l'achat de Di Maria.

Par ailleurs, quatre joueurs se sont vus accorder un bon de sortie : Ezequiel Lavezzi (30 ans), Yohan Cabaye (29 ans), Grégory van der Wiel (27 ans) et Lucas Digne (21 ans). Ces éventuels départs pourraient permettre au club de la capitale de bénéficier d'une nouvelle manne financière. Le PSG sera officiellement fixé sur sa marge de manœuvre le 30 juin lors du comité exécutif de l'UEFA, dont le président Michel Platini a confirmé, en marge d'une conférence de presse à un an de l'Euro 2016, que "le fair-play financier va durer".

A LIRE AUSSI
>> 
Le PSG rêve toujours de Cristiano Ronaldo
>> 
Ibrahimovic aurait dit oui à l'AC Milan

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter