Fair-play financier : l'UEFA ''prête à discuter d'éventuels amendements''

Football
FOOTBALL - Réunis lundi à Nyon pour une réunion avec l'Union européenne de football, les plus grands clubs du continent ont tenté de faire entendre leur voix au sujet du fair-play financier. Les discussions ont été ''très constructives'', estime le président Michel Platini, qui n'exclut pas ''d'éventuelles améliorations''.

Le PSG s'est-il fait entendre comme il le souhaitait? Si Michel Platini s'est bien retenu de clamer devant son assistance ' 'Je vous ai compris' ', le président de l'UEFA semble satisfait de la discussion. Lundi étaient réunis à Nyon (Suisse) les représentants des plus grands clubs européens, parmi lesquels ceux du Paris Saint-Germain Nasser Al-Khelaïfi, le président, et Jean-Claude Blanc, son directeur général. Et à en croire le président de l'Union européenne, tout cela fut ''très constructif''.

''La réunion a montré une fois encore que les principales parties prenantes en Europe souhaitent travailler ensemble afin de créer un contexte financier sain pour le football interclubs'', explique fièrement l'ancien meneur de jeu des Bleus dans un communiqué diffusé sur le site de l'instance. Et de renchérir avec les propos de Karl-Heinz Rummenigge, fervent défenseur du dispositif et ennemi public numéro 1 du PSG , ''un club qui avait disparu dans l'obscurité depuis 20 ans jusqu'à ce qu'il soit repris par un cheikh'', déclarait-il dans la matinée.

Si la dette est surveillée, le PSG ne sera plus seul sanctionné

Dans les faits, les Parisiens, au même titre que les autres nouveaux ambitieux du continent (Manchester City notamment) voulaient défendre leur vision d'un fair-play financier inégal, puisqu'il interdit d'investir et de creuser un déficit, ce qui gèle donc les positions actuelles. Un point que ne nie pas Platini, qui parle ''d'éventuelles améliorations du système qui ont été évoquées (…) notamment l'investissement des propriétaires, le niveau d'endettement des clubs, les systèmes figés, et la diversité des situations financière et juridiques entre les pays''.

Quelles conséquences aura cette réunion? En s'intéressant à la dette des clubs et non pas seulement à leur bilan annuel, l'UEFA aurait directement dans le viseur les plus gros clubs européens, endettés depuis de nombreuses années, et sanctionnerait donc largement, et non pas seulement City et le PSG comme l'an dernier. L'instance européenne se dit ''prête à discuter d'éventuels amendements aux dispositions et de leur évolution future''. Un bon signe pour les champions de France.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter