Fair-play financier : Michel Platini se pose des questions sur le PSG

Fair-play financier : Michel Platini se pose des questions sur le PSG

DirectLCI
FOOTBALL - Toujours pas certain de respecter les critères du fair-play financier la saison prochaine, le PSG doit faire face aux doutes du président de l'UEFA, Michel Platini, jeudi. Dans une interview au Parisien, l'ancien international français l'assure : ce n'est ''pas sûr du tout que le PSG respecte le fair-play financier''.

C'est le temps des réjouissances. La Coupe de la Ligue gagnée samedi . Le Championnat, dans la poche le week-end prochain en cas de victoire à Sochaux dimanche . La prolongation de Blanc de nouveau d'actualité. Oui, tout va pour le mieux au PSG. Et pourtant… Loin du gazon, c'est sur le terrain financier que le club de la capitale joue une partie de son avenir. Non pas que ses ressources s'épuisent, mais une épée de Damoclès se rapproche toujours de la tête parisienne : le fair-play financier.

Toujours dans le nez de l'UEFA, le Paris Saint-Germain doit prouver la bonne foi de son contrat passé avec la Qatar Tourism Authority (QTA) qui le finance pour moitié. Un accord que l'instance européenne de contrôle juge surévalué et qui pose question. Notamment à Michel Platini, le président de l'UEFA, qui s'en explique au Parisien ce jeudi. ''Ce contrat est innovant, c'est le moins que l'on puisse dire. Mais est-il valable ? Le montant du contrat est-il correct ? Les experts doivent trancher. Mais le modèle économique du PSG est particulier et atypique.''

''Il y aura des choses dures mais pas d'exclusions''

Alors que Nasser Al-Khelaïfi, le président, et Jean-Claude Blanc, le directeur général délégué du club, multiplient les entrevues pour défendre leur bonne foi, Platini s'avoue séduit par les deux personnages, qui ''n'essaient pas de jouer avec les limites de la règle''. Mais cela ne l'empêche pas de se montrer pessimiste quant aux suites. ''Je ne suis pas sûr que le PSG respecte les règles du fair-play financier. Pas sûr du tout même.''

Si son dossier est retoqué cet été, les premières sanctions, légères, pourraient tomber, la pire – et peu probable – étant l'interdiction de Ligue des champions pour les futures recrues du club. ''Si vous attendez du sang et des larmes, vous serez déçus, calme Platini. Il y aura des choses dures mais pas d'exclusions des compétitions européennes.'' Avant un durcissement prochain que promet le président. ''Des sanctions significatives vont toucher des gros clubs. On va aller jusqu'au bout.''

Plus d'articles

Sur le même sujet