Fan de Messi, parcours à la Zidane... Qui est Santiago Solari, le nouvel entraîneur intérimaire du Real Madrid ?

Fan de Messi, parcours à la Zidane... Qui est Santiago Solari, le nouvel entraîneur intérimaire du Real Madrid ?

Football
DirectLCI
PORTRAIT - Au lendemain de la débâcle madrilène lors du Clasico face au FC Barcelone (5-1), le Real Madrid a décidé de se séparer son entraîneur Julen Lopetegui, cinq mois après sa nomination en lieu et place de Zinedine Zidane. La direction madrilène a décidé de confier, provisoirement, les clés de l'équipe première à Santiago Solari, ancien joueur du Real et jusqu'ici coach de la réserve.

Julen Lopetegui, ancien sélectionneur de l’Espagne et nommé en juin à la tête du Real Madrid, n’aura tenu que cinq petits mois avant de prendre la porte au lendemain de la fessée reçue par les Madrilènes au Camp Nou face au FC Barcelone (5-1). Ce mardi matin, un nouveau visage a dirigé l’entraînement des Madrilènes : Santiago Solari. L’Argentin a été nommé à titre provisoire afin de tenter de redresser une situation sportive très délicate pour le triple champion d’Europe en titre.


"Cette décision, adoptée avec le plus haut sens des responsabilités, a pour objectif de changer la dynamique de l'équipe première", écrivait le club lundi dans un communiqué pour justifier le renvoi de Lopetegui et la nomination de Solari. 

Sur les traces de "Zizou" ?

Jusqu’ici, Solari faisait tranquillement ses classes au sein du club madrilène. D’abord à la tête des U18 de juillet à décembre 2015, puis dans la catégorie supérieure, en U19, jusqu’en juin 2016. Il a ensuite pris la main de l’équipe réserve du Real, la Castilla, qui évolue en Segunda Division B, la troisième division espagnole. A sa tête, Solari a dirigé 86 rencontres, pour 32 victoires, 29 matchs nuls et 25 défaites.


Un parcours qui ressemble sensiblement à celui d’un certain Zinedine Zidane, parti en mai dernier au sommet, après avoir remporté trois Ligue des champions consécutives, et qui a lui aussi pris en main la Castilla (2014-2016) après avoir appris les bases du métier aux côtés du grand Carlo Ancelotti en 2013-2014. Pour autant, Solari préfère ne pas se comparer à son ancien coéquipier, comme il l'a expliqué pour sa première conférence de presse : "Zizou, c'est l'une des plus grandes figures que nous ayons connue dans ce club. En Argentine, personne n'ose lui trouver des épithètes, c'est mieux de le laisser tout là-haut avec sa grandeur et ne pas se comparer à lui."

Dans l’ombre des Galactiques

Outre son expérience d’entraîneur dans les catégories inférieures, le technicien de 42 ans connaît parfaitement le Real Madrid pour y avoir évolué durant cinq ans en tant que joueur. Après un court passage chez le rival, l’Atlético de Madrid, de janvier 1999 à juin 2000, Solari rejoint les Merengues pour un montant de 3,5 millions d’euros et pénètre dans un vestiaire 5 étoiles, composé au fil des années de Raul, Casillas, Ronaldo, Zidane, Beckham ou encore Figo.


Au sein de cette pléiade de stars, le milieu gauche va jouer un rôle secondaire dans la chasse aux trophées des Galactiques, disputant 208 matchs toutes compétitions avec le Real en cinq saisons. Il remporte tout de même deux titres de champion d’Espagne (2000-2001, 2002-2003), une Ligue des champions (2001-2002) et une Coupe du monde des clubs (2003). 


L’international albiceleste (11 sélections) va ensuite s’envoler vers l’Inter Milan, avec qui il raflera trois championnats d’Italie (2005-2006, 2006-2007, 2007-2008) et une Coupe d’Italie (2005-2006). Après des passages à San Lorenzo (Argentine) et à l’Atlante (Mexique), le natif de Rosario va raccrocher les crampons à 35 ans au sein du club uruguayen de Peñarol, en janvier 2011.

Un Madridiste fan de … Messi

Malgré son statut d’ancien joueur du Real Madrid et de désormais coach de l’équipe première, Santiago Solari est avant tout Argentin. Et comme tout Argentin, le numéro 1, c’est Lionel Messi, le petit génie de l’ennemi juré, le FC Barcelone. Loin devant l’ancienne idole de Santiago-Bernabeu, Cristiano Ronaldo : "Cristiano Ronaldo est le meilleur joueur du monde parce que Lionel Messi pratique un autre sport. Le plus incroyable avec lui, c’est sa régularité, quelque chose de presque inhumain."

En vidéo

Le portrait Hashtag de Lionel Messi

En tant qu’entraîneur intérimaire, Solari n’a en théorie que 15 jours (ndlr : d’après le règlement de la fédération espagnole) pour persuader sa direction et notamment Florentino Perez, auprès de qui il bénéficie, selon la presse espagnole, d’un soutien sans faille, qu’il est l’homme de la situation. Cela commencera dès mercredi en Coupe du Roi face à Melilla, avant deux rencontres de Liga face au Real Valladolid et le Celta Vigo et un déplacement chez les Tchèques du Viktoria Plzen.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter