Fifa : ces cinq choses folles que vous ne savez pas sur Sepp Blatter

Fifa : ces cinq choses folles que vous ne savez pas sur Sepp Blatter

FOOTBALL - C'est ce vendredi que sera élu le nouveau président de la Fifa. Après dix-sept ans passés à la tête de l'instance, Sepp Blatter passera la main dans un parfum de scandale. Retour sur la vie du patriarche, à travers cinq anecdotes croustillantes révélées par le journaliste de l'AFP Éric Bernaudeau dans le livre "Blatter, un monde à vendre" (ed. Jacques-Marie Laffont).

Sepp Blatter ne manque pas d'air. "Je ne sais pas si, en février, on dira que je suis arrivé à redorer le blason. Mais peut-être qu'un peu plus tard, on dira : il avait raison", confiait-il, le 15 septembre, à Éric Bernaudeau, auteur de Blatter, un monde à vendre, une enquête très riche consacrée au président suspendu de la Fifa. Ce vendredi, le Suisse, élu à la tête de l'instance en 1998, passera la main, après que 39 salariés de la Fifa (dont 12 ont plaidé coupable) ont été mis en cause dans un scandale de corruption présumée. L'occasion de se pencher, grâce à cet ouvrage, sur cinq épisodes qui en disent très long sur la personnalité du futur ex-dirigeant.

Il est pris dans un scandale dès... 1966
Cela ne s'invente pas. En octobre 1964, le jeune (28 ans) Sepp Blatter intègre la Ligue suisse de hockey-sur-glace, dont il devient le nouveau "secrétaire central". Hasard ou coïncidence : l'organisation installe ensuite son siège à Viège, sa ville natale. Et puis, en mars 1966, un scandale éclate en raison de la gestion douteuse des finances de la Ligue par le trésorier Fernand Berra. Flairant le mauvais coup, Blatter quitte son poste avant même la démission du président. Preuve qu'il maîtrise depuis bien longtemps l'art de filer entre les gouttes.

Il aime vraiment beaucoup les journalistes
Après une éphémère carrière de joueur dans l'équipe de Viège, Sepp Blatter se lance dans le journalisme sportif, métier qu'il continuera d'exercer quelques années plus tard tout en occupant en parallèle les fonctions... d'attaché de presse de la Ligue suisse de hockey-sur-glace, puis de l'Association nationale suisse d'éducation physique. Un conflit d'intérêts ? Où ça ? Par la suite, une fois devenu président de la Fifa, il enverra nombre de caisses de vin à des rédactions sportives pour Noël, allant même jusqu'à débourser 10 000 francs suisses de sa poche pour satisfaire une demande du Ski club des journalistes suisses. Déjà un style à part.

À LIRE AUSSI >>  Scandale Fifa : Michel Platini est un "enfant gâté" d’après Sepp Blatter

Il plante les coups de poignards dans le dos comme personne
Lorsqu'il débarque à la Fifa en septembre 1975 pour prendre en charge son programme de développement, Sepp Blatter n'est pas le bienvenu. Le secrétaire général d'alors, le Suisse Helmut Käser, lui réserve même un accueil glacial : "Ce n'était pas une bonne idée de venir." En 1981, l'heure de la revanche sonne, quand Käser est remercié et que Blatter lui succède au poste de secrétaire général... juste après avoir épousé sa fille, Barbara. Le mariage a dû être sympa.

Il ose tout, mais alors vraiment tout (c'est même à ça qu'on le reconnaît)
En 2002, Sepp Blatter est à son tour victime d'une trahison. Dans un rapport mettant en cause une "violation des compétences du président", Michel Zen Ruffinen, son secrétaire général de l'époque, pointe, au chapitre "corruption", le fait que le patron de la Fifa avait réglé pendant deux ans les dépenses de Viacheslav Koloskov, président de la Fédération russe, alors qu'il ne siégeait plus au comité exécutif de la Fifa. La justification du Suisse est alors magnifique : "Koloskov n'avait plus de fonction élective mais il était toujours actif, dans le sens où il occupait des fonctions officielles en Russie. Donc j'ai décidé de le payer 50 000 dollars, soit le montant annuel d'un membre du comité exécutif." Les autres présidents de Fédé n'ont plus qu'a réclamer leur "dû" à la Fifa.

Il a acheté un entretien avec le pape
Cette histoire complètement folle est racontée dans le livre par Christian Constantin, actuel président du FC Sion, qui se trouve être aussi un intime de Sepp Blatter. Elle se déroule le 13 mars 2013, pile au moment où la fumée blanche s'échappe de la chapelle Sixtine, signe que l'annonce du nom du nouveau Saint-Père est imminente. "Et le pape s'appelle... Sepp Blatter", s'amuse alors le patron de la Fifa, avant de lâcher : "Écrivez au Vatican, je veux une audience dans les meilleurs délais et versez les 20 000 euros, parce qu'il faut bien payer 20 000 euros pour être vite reçu." En effet : le Suisse aura droit à une audience privée avec Benoît XVI le 22 novembre de cette année-là. Et, une fois sorti, déclarera devant la presse que "la Fifa a une audience supérieure à celle du pape". Des propos mégalomanes et une démarche machiavélique sur fond de catholicisme. Tout Sepp Blatter résumé.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : l'Afrique du Sud devrait rapidement passer les 10.000 contaminations quotidiennes

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

VIDÉO - Manche : quand les Anglais assistent, consternés, à l'arrivée de centaines de migrants sur leurs côtes

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.