Fifa : Chung Mong-joon, nouvel adversaire de Platini, qualifie Blatter de "cannibale"

Fifa : Chung Mong-joon, nouvel adversaire de Platini, qualifie Blatter de "cannibale"

Football
DirectLCI
FIFA – Un jour après l'annonce de la candidature de Michel Platini à la présidence de la Fifa, le Sud-Coréen Chung Mong-Joon a décidé de se présenter face à l'actuel patron de l'UEFA. Et il ne s'est pas privé d'adresser une ou deux piques en direction du Français et de Blatter...

Ultra-favori à la succession de Sepp Blatter à la tête de la Fifa, Michel Platini n'avait pas encore de réel opposant au moment de l'annonce de sa candidature officielle. Le mal est réparé puisque le Sud-Coréen Chung Mong-joon, ancien vice-président de la Fifa et personne incontournable du football asiatique, sera candidat à la présidence de l'instance mondiale, a-t-il indiqué à l'AFP ce jeudi.

"Au cours de ces quatre années, j'espère que je pourrai réaliser mon programme, faire de la Fifa une véritable ONG sportive. Si je suis élu, j'essaierai de mettre en place plus de transparence et de développement. Je tenterai d'éliminer la corruption", a-t-il précisé. Un discours dans la droite lignée de celui de Platini qui plaidait, au moment de sa candidature, pour une "Fifa exemplaire, unie, solidaire, respectée et aimée" dans sa lettre adressée aux différentes associations.

"Platini peut-il être un bon président de la Fifa ? Je ne le pense pas"

En revanche, le Français ne s'est pas montré aussi saignant et tranchant que son homologue sud-coréen lorsqu'il a été question d'évoquer Sepp Blatter, président historique de la Fifa, et démissionnaire depuis les nombreux scandales de corruption. Chung Mong-Joon ne mâche pas ses mots. "Le président Blatter est comme un cannibale, qui mange ses parents et se plaint ensuite d'être orphelin. Il tente de rendre tout le monde responsable, excepté lui"

EN SAVOIR +
>> Platini officiellement candidat à la présidence de la Fifa
>> Candidature Fifa : Platini, un archi-favori sans opposant ?

Chung Mong-joon n'épargne pas non plus le président de l'UEFA, Michel Platini, son futur adversaire pour la présidence de l'instance mondiale du football. "Platini est bon pour le football, mais peut-il être aussi un bon président de la Fifa ? Je ne le pense pas. Il est un produit de l'actuel système Fifa", a-t-il taclé l'ancien joueur de l'équipe de France. "Il y a plusieurs questions que nous pouvons nous poser pour savoir si Platini peut symboliser une nouvelle ère pour la Fifa, ou s'il est simplement un protégé de Blatter", a-t-il ajouté. L'ambiance risque d'être électrique le 26 février prochain à l'occasion du congrès extraordinaire permettant de définir le prochain président de la Fifa.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter