Fifa : et si Sepp Blatter changeait d'avis et restait ?

Football
DirectLCI
FOOTBALL - Cerné par les scandales de corruption présumée, le président de la Fifa Sepp Blatter a annoncé sa démission prochaine, en décembre. Sauf que le Suisse, réconforté par les fédérations africaines et asiatiques, hésiterait à passer la main...

Sa fin est programmée au 16 décembre prochain . Président de la Fifa depuis août 1998, Sepp Blatter a annoncé qu'il présentait sa démission, en raison des trop nombreuses affaires qui secouent l'institution ces dernières semaines. ”Il me semble que je ne suis pas soutenu par tous dans le monde du football”, glisse-t-il, comme un doux euphémisme alors que certaines fédérations (en Europe notamment) et la Justice américaine accentuent la pression sur lui. Un successeur devrait donc lui être trouvé lors du Congrès extraordinaire de la Fifa à la fin de l'année. Mais il y a un "mais".

Touché par le soutien des fédé africaines et asiatiques

Le Suisse aurait quelque peu changé d'avis ces derniers jours. Selon l'hebdomadaire suisse Schweizam Sontag, le Vaudois se montre très touché par le soutien exprimé ces derniers jours par les fédérations africaines et asiatiques, celles-là même qui lui avaient permis d'être largement élu pour un cinquième mandat le 29 mai dernier. Blatter (79 ans) se sent ”honoré”, selon le journal, qui cite les proches du dirigeant.

EN SAVOIR + >> Sepp Blatter, 17 ans de présidence et de polémiques

Aussi, le futur ex-président se rend compte qu'aucun candidat, parmi les potentiels , ne fait autant l'unanimité que lui, tout du moins tant que le Français Michel Platini, président de l'Union européenne (UEFA), ne déclare pas ses intentions. En d'autres termes, il aurait toutes les chances d'être réélu – et démocratiquement – s'il se présentait à sa propre succession. ”Au siège de la Fifa, on observe depuis quelques jours un Blatter de bonne humeur et plein d'énergie à nouveau”, écrit le Schweizam Sontag. Un homme prêt à repartir en campagne. Pour l'instant, rien ne l'en empêche, puisqu'il n'existe aucune limite d'âge ou de mandat (il s'était engagé à lancer des réformes avant sa démission) et qu'il trouvera facilement les parrainages nécessaires.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter