Fifa : le piège se referme autour de Michel Platini

Football
FOOTBALL - La candidature de Michel Platini à la présidence de la Fifa ne sera pas examinée durant le temps de sa suspension de 90 jours, a indiqué l'organe suprême du foot mondial dans un communiqué mardi, tout en maintenant la date de l'élection au 26 février...

En acceptant, en 2011, un versement de 2 millions de francs suisses émanant de Sepp Blatter pour un travail effectué dix ans plus tôt, Michel Platini s'est laissé prendre au piège du hors-jeu. Le Français, qui brigue la succession du sémillant président de la Fifa, a été suspendu pour 90 jours en même temps que lui à cause de cette histoire. Et ce mardi, le comité exécutif extraordinaire de l'instance mondiale a pris une double décision qui met encore un peu plus à mal les ambitions du président de l'UEFA : non seulement la date de l'élection a été maintenue au 26 février prochain, mais la candidature de Michel Platini ne sera pas examinée durant sa suspension.

EN SAVOIR + >>  L'UEFA maintient sa "confiance absolue" à Michel Platini

La commission électorale de la Fifa ne pourra donc valider, ou non, sa candidature qu'à partir du 5 janvier. Le temps de solliciter une enquête d'habilitation de la part de la commission d'éthique... Oui, celle-là même qui a suspendu Michel Platini. Certains s'étaient demandé pourquoi le Français était entré en campagne aussi tôt. Ils ont maintenant la réponse : en ayant présenté sa candidature avant d'être suspendu, il oblige ainsi la Fifa à statuer sur son cas. Dans le cas contraire, elle n'avait qu'à décider directement son inéligibilité. Quoi qu'il en soit, les dès sont déjà pipés : même s'il était blanchi par la justice pénale, seuls les règlements de la Fifa font loi s'agissant d'en devenir le président. Dit autrement : la commission d'éthique continuera de suivre la voie de son maître.

EN SAVOIR + >>  Corruption à la Fifa : Michel Platini prépare sa défense

Lundi, pendant que Michel Platini se défendait dans les colonnes du Monde , Michel Constantin mettait fin au jeu de dupes dans celles de L'Équipe . Le président du FC Sion, intime de Blatter, expliquait en effet : "Son plan, après avoir remis son mandat en juin, c'était d'abord de bloquer l'accès aux cinq signatures à tous les candidats autres que Michel Platini, en maîtrisant les fédérations. Puis, enfin d'exécuter Michel via la commission d'éthique. Ainsi, une fois Platini devenu inéligible, il n'y avait plus d'élection et l'affaire était liquidée. Sepp restait le seul survivant au milieu du chaos." On y est presque.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter