FIFAGATE : Jérôme Valcke, le bras droit de Sepp Blatter, lui aussi visé par la justice américaine

Football

SCANDALE - Le secrétaire général de la Fifa, le Français Jérôme Valcke, est soupçonné d'avoir transféré 10 millions de dollars des comptes de l'instance internationale vers le compte de Jack Warner, accusé d'avoir empoché cette manne en échange de trois voix en faveur de l'Afrique du Sud lors du vote pour l'attribution de la Coupe du monde 2010.

Dans pareil contexte, le triomphe de Sepp Blatter ne pouvait pas durer bien longtemps. Deux jours après un coup de filet spectaculaire ayant abouti aux arrestations et aux inculpations de 14 membres et partenaires de la Fifa, le Suisse avait été réélu à la tête de l'instance. "Je ne peux pas surveiller tout le monde", avait-il alors argué. Sauf que l'étau se resserre lentement autour de lui : selon des informations du New York Times publiées lundi soir, le Français Jérôme Valcke, secrétaire général de la Fifa et bras droit du président Blatter, est soupçonné par la justice américaine d’avoir supervisé un versement de 10 millions de dollars. Celui-là même qui se trouve au cœur du scandale.

Pour mémoire, le fameux acte d'accusation déposé auprès d’un tribunal fédéral de Brooklyn, à New York, évoquait bien "un responsable de haut rang de la Fifa" ayant organisé, en 2008, le transfert de cette somme vers le compte de Jack Warner, le sulfureux président de la Concacaf (la Confédération nord-américaine), alors vice-président de la Fifa. La justice américaine reste convaincue qu'il s'agissait alors de lui acheter trois voix en faveur de l'Afrique du Sud dans le cadre du vote pour l'attribution de l'organisation de la Coupe du monde 2010. Le quotidien américain affirme donc que ledit "responsable de haut rang" n'est autre que Jérôme Valcke.

EN SAVOIR + >> Qui sont Jack Warner et les principaux inculpés dans le scandale de la Fifa

La Fifa met Jérôme Valcke à l'abri...

"Je n'ai pas autorisé ce versement et je n'avais pas le pouvoir pour le faire", se défend l'intéressé dans les colonnes du journal. Quant à Danny Jordan, responsable de l'organisation du Mondial sud-africain, qui a reconnu lundi avoir versé 10 millions de dollars à la Fifa , il est également cité dans l'article, avançant que "l'argent n’était pas un pot-de-vin mais un paiement légitime dans le cadre du développement dans les Caraïbes". Une ligne de défense classique à la Fifa, où le financement de ces fameux "projets de développement" se trouve souvent à mi-chemin entre corruption et lobbying sans que l'on sache bien où se trouve la limite. Ni ce que deviennent vraiment ces sommes...

Certes, le nom de Valcke, comme celui de Blatter, n'apparaît dans aucune procédure. Mais pour combien de temps ? Vendredi, un responsable de l’administration fiscale aux Etats-Unis avait assuré s’attendre à "une nouvelle vague d’inculpations" dans le cadre de cette vaste enquête. Hasard ou coïncidence : la Fifa vient d'annoncer que Jérôme Valcke n’assisterait pas à l’ouverture de la Coupe du monde féminine de football qui débute samedi au Canada, contrairement à ce qui était initialement prévu. Officiellement afin de se consacrer aux dossiers en cours au siège de l'organisation à Zurich.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter