Sénégal-Algérie : Cissé-Belmadi, deux enfants de Champigny-sur-Marne sur le banc

Football
RETROUVAILLES - Ce vendredi, Djamel Belmadi et Aliou Cissé vont s'affronter au sommet du football africain, pour une finale de CAN de prestige entre l'Algérie et le Sénégal. En plus de leurs carrières respectives de joueur professionnel, les deux sélectionneurs ont beaucoup de choses en commun, à commencer par Champigny-sur-Marne, où ils ont tous les deux grandi.

C'est l'histoire de deux destins croisés particulièrement fascinants. Opposés en finale de la Coupe d'Afrique des nations ce vendredi, après avoir déjà croisé le fer en phase de groupes le 27 juin dernier (ndlr : victoire de l'Algérie sur le Sénégal 1-0), les sélectionneurs sénégalais et algérien Aliou Cissé et Djamel Belmadi partagent de nombreux points communs. Anciens joueurs professionnels, les deux hommes sont nés à un jour d'intervalle, Aliou Cissé le 24 mars 1976 à  Ziguinchor, au Sénégal, et Djamel Belmadi, le lendemain à Champigny-sur-Marne.

Le 94 dans le cœur

C’est à Champigny-sur-Marne, justement, que tout commence pour les rivaux d’un soir. Les deux anciens footballeurs ont tous deux grandi dans cette ville du Val-de-Marne, sans pour autant se défier adolescents sur les pelouses des équipes de jeunes. Ce ne sera que partie remise, les deux hommes se croisant à plusieurs reprises lors de leur parcours professionnel en France, notamment à Lille et au PSG pour Aliou Cissé, et principalement à Marseille pour Djamel Belmadi. Mais aussi à la CAN, en 2002, où le Sénégal, futur finaliste de l’épreuve, avait disposé de l’Algérie sur le score de 3-0.


"Nous sommes des enfants du '9-4'. Djamel et moi, on se connaît depuis très longtemps, depuis nos années de formation, lui au PSG et moi à Lille", avait notamment confié Aliou Cissé à RFI concernant leur lien si particulier. "Nous deux, enfants de Champigny-sur-Marne (ndlr : à ce niveau-là), c'est un truc de dingue. Cela a un goût particulier. C'est une vieille connaissance. Je le dis avec beaucoup de sympathie", a raconté Belmadi à quelques jours du choc tant attendu.

Avant d’ajouter : "Jouer cette finale contre mon ami Cissé, c'est extraordinaire. C'est un bon message qu'on envoie à nos responsables du football en Afrique, c'est extraordinaire. Je connais Cissé et il fait du bon travail." Il s’agit en effet du premier affrontement entre deux sélectionneurs "nationaux" en finale de la CAN depuis 1998, et celui qui avait opposé l'Afrique du Sud de Jomo So et l'Egypte de Mahmoud El-Gohary.

Leur première grande expérience de coach

Bien qu'ayant le même âge, les deux sélectionneurs présentent un parcours de coach assez différent. S'il a fait ses armes durant huit ans au Qatar, prenant notamment en main la sélection nationale de 2014 à 2015, Djamel Belmadi a connu sa première véritable grande expérience de coach avec l'Algérie, qu'il entraîne depuis 2018. 


Concernant Aliou Cissé, après un intérim à la tête des Lions de la Teranga en 2012 et un passage par la sélection olympique de 2012 à 2015, la fédération sénégalaise, sur recommandation de son mentor et prédécesseur Alain Giresse, lui a fait confiance en le nommant à la tête des A, alors qu'il ne disposait d'aucune expérience majeure en tant que coach. 


A raison puisqu'après un quart de finale de CAN en 2017, ce dernier va mener les siens au Mondial 2018, après 16 ans d'absence sur la scène internationale. Cette année, Cissé a l'occasion de poursuivre sa folle ascension en remportant la première CAN de l'histoire du Sénégal, après avoir disputé en tant que joueur l'unique finale des Lions de la Teranga. Il aura cependant Djamel Belmadi sur son chemin.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter