Football : "Je crois qu'au final la Coupe du monde 2022 n'aura pas lieu au Qatar"

Football : "Je crois qu'au final la Coupe du monde 2022 n'aura pas lieu au Qatar"

FOOTBALL - Un membre du Comité exécutif de la Fifa a émis des doutes quant à la tenue de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar, lundi dans un entretien accordé à Bild. En cause, des raisons médicales liées à l'écrasante chaleur estivale du petit pays du Golfe.

Le scepticisme sur l'organisation de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar a franchi un cap ce lundi. En cause, les déclarations sans détour d'un membre du Comité exécutif de la Fifa, l'Allemand Theo Zwanziger , au journal Sport Bild Plus  : "Je crois qu'au final la Coupe du monde 2022 n'aura pas lieu au Qatar". A 69 ans, cet ancien président de la Fédération allemande de football (DFB) brandit des raisons médicales pour étayer son propos : "Les médecins disent, et j'avais insisté sur ce point dans le protocole, qu'ils ne peuvent pas garantir qu'une Coupe du monde puisse se tenir en été dans ces conditions."

Comment la Fifa réagit à ce qui ressemble fort à un pavé dans la mare ? L'instance dirigeante du football mondial la joue impassible dans des propos relayés par l'agence de presse sportive allemande SID : "Comme le dit lui-même M. Zwanziger, c'est son avis personnel." De son côté, le riche émirat gazier semble imperturbable. Le secrétaire général du comité d'organisation Qatar 2022, Hassan Al-Thawadi, se dit "sûr que le Mondial 2022 se tiendra au Qatar" dans un entretien paru lundi dans le quotidien Die Welt . "Non, je ne suis pas inquiet, assure-t-il. D'abord parce qu'il n'y a aucune base pour perdre la Coupe du monde. Et deuxièmement parce qu'il s'agit du premier Mondial au Moyen-Orient. Quand les gens pensent à cette région, c'est plutôt en termes de conflit. Le Mondial sera l'occasion d'unir les peuples. Il laissera un héritage positif."

Les résultats de l'enquête interne pour début 2015

Le doute est actuellement permis, alimenté par les polémiques qui entachent la préparation de cette grand-messe du ballon rond depuis l'attribution du Mondial au Qatar en 2010, au-dessus de laquelle planent de forts soupçons de corruption. Le Sunday Times a assuré début juin être en possession de milliers de courriels et d'autres documents attestant de présumés versements d'argent effectués par le Qatari Mohamed Bin Hammam, ancien président de la Confédération asiatique de football banni à vie par la Fifa en décembre 2012. La question des droits de l'Homme est également épineuse, plusieurs ouvriers ayant trouvé la mort sur les chantiers pharaoniques engagés dans l'optique du Mondial.

La Commission d'éthique de la Fifa devrait annoncer début 2015 les résultats d'une enquête sur l'attribution controversée des Mondiaux 2018 à la Russie et 2022 au Qatar. Michael J. Garcia, l'enquêteur de la Fifa, a remis à l'instance un rapport de quelque 200 000 pages, début septembre. Une fois ses conclusions rendues publiques, la chambre de jugement de l'institution basée dans la ville suisse de Zurich aura alors plusieurs options : ouvrir une procédure disciplinaire, prendre des sanctions immédiates ou prononcer un non-lieu. En attendant, les grains de sable s'accumulent dans le désert qatari.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

Disparition de Delphine Jubillar : les gardes à vue du mari Cédric et de ses deux proches prolongées

"Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

Affaire Jubillar : pourquoi l’étau se resserre sur son mari ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.