Football Leaks : deux stars du PSG, Javier Pastore et Angel Di Maria, ont recours à des paradis fiscaux

Football Leaks : deux stars du PSG, Javier Pastore et Angel Di Maria, ont recours à des paradis fiscaux
Football

FOOTBALL - Une partie des revenus d'Angel Di Maria et Javier Pastore, stars argentines du PSG, transite par des paradis fiscaux grâce à un système mis en place par un groupe d'agents argentins, révèle ce jeudi Mediapart dans le cadre des "Football Leaks".

Déjà que ces deux-là vivaient une saison pénible, voilà qui ne va pas arranger leurs affaires, ce dernier terme étant ici employé au sens propre comme au figuré. Ce jeudi soir, Angel Di Maria et Javier Pastore, les deux internationaux argentins du PSG, ont à leur tour été épinglés par les "Football Leaks", via des documents transmis à douze médias européens, dont les Français de Mediapart, réunis au sein d’un conglomérat nommé European Investigative Collaboration (EIC). Selon ces dernières révélations, les deux stars ont touché de l'argent de leurs sponsors et de leurs droits à l'image dans des paradis fiscaux, pour contourner l’imposition française et européenne.

Lire aussi

    Le cas d’Angel Di Maria, ancien joueur du Real, est le plus sérieux, car le parquet de Madrid venait déjà d’engager une procédure à son encontre sur la base de rapports remis par le Fisc espagnol. Ce jeudi, Mediapart révèle, en outre, que le système mis en place pour son transfert en Espagne a été reproduit dans le cadre de son arrivée à Paris. Pire : les documents indiquent qu’il était au courant des montages de dissimulation fiscale. Dans un email accablant envoyé par Doyen Sports, un fonds d'investissement spécialisé dans le football, à un sponsor potentiel concernant un contrat de 150 000 euros, on peuten effet  lire que "Di Maria ne veut pas de référence à son nom dans le contrat", préférant qu’on le remplace par celui d’une société basée au Panama, et ce "pour des raisons fiscales".

    Lire aussi

      D’autres documents le concernent : ils pointent la dissimulation aux Îles Vierges britanniques, un paradis fiscal situé dans les Antilles, via une société écran néerlandaise, des commissions versées à ses agents lors de ses transferts à Manchester United en 2014, puis au PSG  en 2015. Concernant son arrivée à Paris, il est d’ailleurs à noter que c’est Gestifute, l’entreprise de l’agent Jorge Mendes, déjà mis en cause notamment dans le dossier Cristiano Ronaldo, qui a directement reversé 50% de la commission payée par le club parisien à ladite société néerlandaise…

      Lire aussi

        Quant à Javier Pastore, il a, lui, touché ses droits à l’image via une société basée en Uruguay, après que l’argent a, là encore, transité par les Pays-Bas. Il a également eu recours à ce montage pour percevoir les 1,9 millions d’euros payés par son équipementier, Nike, entre 2013 et 2015… Sollicité par Mediapart, le PSG s’est défendu de toute malversation dans le cadre du transfert de Di Maria : "Le club a rémunéré, aux lieu et place du joueur, la société Gestifute International, représentée par Jorge Mendes. Mais n’a pas connaissance de la répartition de cette rémunération entre Gestifute et les autres agents intervenus pour le compte du joueur." Cela s'appelle, ironiquement, s'en laver les mains.

        En vidéo

        JT WE - Football Leaks : la France ne sera pas épargnée par les révélations

        Sur le même sujet

        Et aussi

        Lire et commenter

        Alertes

        Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent