Football Leaks : non, Benzema ne sera pas le prochain joueur du Real accusé de fraude fiscale

Football

PATRIOTISME FISCAL - Si les dernières révélations de Mediapart pointaient du doigt les montages financiers de certains joueurs et entraîneurs afin d'échapper à l'impôt (Cristiano Ronaldo, José Mourinho...), cette fois, c'est pour blanchir Karim Benzema que le site d'information a enquêté.

Un bon payeur. Souvent accusé de tous les maux, de ne pas aimer son pays, de ne pas chanter La Marseillaise, de ne pas avoir respecté l'équipe de France lorsqu'il a voulu se mêler de cette sombre affaire de chantage à sextape contre Mathieu Valbuena, Karim Benzema peut en tout cas se prévaloir de ne pas être mêlé au scandale des Football Leaks. Des révélations, basées sur l'exploitation de millions de documents par un consortium de médias, qui ont notamment pas mal ébranlé le Real Madrid, puisque Cristiano Ronaldo, mais aussi d'autres joueurs de l'équipe, est accusé d'avoir soustrait au fisc espagnol 150 millions d'euros.

En vidéo

JT WE - Football Leaks : la France ne sera pas épargnée par les révélations

Pas de société dans les paradis fiscaux ni même en Espagne, mais à Lyon...

Au cœur des montages financiers et des sociétés écran ouvertes dans les paradis fiscaux pour réduire le taux d'imposition, la question épineuse du droit à l'image très en vogue en Liga (forme de rémunération supplémentaire, mais hors salaire, donc plus difficilement traçable). Une source de revenu que Benzema a choisi de domicilier à Lyon, dans sa région d’origine, via sa société BOB (Best of Benzema), comme le révèle ce mercredi Mediapart

Un peu surprenant quand on sait que sans organisation complexe ou sans même flirter avec l'illégalité, le joueur aurait tout simplement pu installer BOB en Espagne, où il paye déjà ses impôts sur le revenu, afin d'être moins taxé qu'en France sur ses droits d'image. D'autant qu'en tant qu'étranger, il aurait en plus pu bénéficier d'un statut fiscal encore plus favorable... Mais non, Karim Benzema a préféré se comporter en "patriote fiscal", comme le qualifie Mediapart. C'est tout à son honneur et ça devrait faire du bien à son image.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter