Football : ouverture d'une enquête après le bizutage violent de deux jeunes de l'AS Saint-Etienne

Joueurs de l'AS Saint-Etienne durant la finale de la Coupe de France perdue (0-1) contre le PSG. Durant cette soirée, un bizutage a largement dérapé. 

Photo prise le 24 juillet 2020.
Football

LIGUE 1 - Une enquête judiciaire a été ouverte pour "coups et blessures volontaires" après le bizutage brutal de deux jeunes footballeurs du centre de formation de l'ASSE.

Des "faits inacceptables". Dans un communiqué, l'AS Saint-Etienne (Ligue 1) ne cache pas sa stupeur devant les événements qui se sont récemment déroulés au sein de son centre de formation. Un bizutage improvisé et violent s'est produit dans la soirée du 24 juillet, peu après la finale de la Coupe de France perdue par le club du Forez contre le Paris Saint-Germain (0-1).

Une plainte contre X

Selon L'Equipe, de nombreux pensionnaires du centre de formation de L'Etrat (Loire) se sont réunis ce soir là pour assister ensemble à la rencontre. Au moment de regagner leurs chambres, les plus âgés auraient profité de l'occasion pour bizuter les nouveaux arrivants. L'épreuve de passage va alors totalement déraper : deux jeunes, âgés de 15 et 16 ans, auraient été roués de coups de bâtons par trois de leurs aînés. 

Les deux victimes ont attendu plusieurs jours avant de mentionner les faits à leurs éducateurs. A la suite de ces révélations, l'ASSE a déposé une plainte contre X, vendredi 31 juillet. La brigade de recherches de la gendarmerie de Saint-Etienne a pris en charge l'enquête pour "coups et blessures volontaires sur fond de bizutage". 

Mises à pied et exclusion temporaire

Le club stéphanois a, de son côté, déjà mené une enquête interne à l'issue de laquelle il a pris quelques mesures préventives. Il précise ainsi que "deux pensionnaires ont été convoqués à un entretien préalable à une éventuelle sanction et mis à pied à titre conservatoire. Un troisième a fait l’objet d'une exclusion temporaire". L'ASSE a aussi tenu à prendre ses distances avec ces comportements "inappropriés et contraires aux valeurs inscrites dans son projet sportif d'excellence permettant à de nombreux jeunes joueurs d'intégrer le groupe professionnel". 

Cette affaire rappelle des faits survenus en 2019 durant lesquels trois jeunes du centre de formation des Girondins de Bordeaux avaient agressé et blessé un de leurs camarades. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent