Que vaut Salzbourg, l’adversaire de l’OM en demi-finale de Ligue Europa ?

DirectLCI
FOOTBALL – L’OM affrontera donc Salzbourg en demi-finale de la Ligue Europa, un club qu'il connaît bien pour l’avoir défié en phase de poules. Même ce tirage au sort est une bonne nouvelle, les Marseillais devront une nouvelle fois briller pour espérer disputer la finale qui se détiendra cette année à Lyon.

La chance a souri à l’Olympique de Marseille. En affrontant Salzbourg en demi-finales de la Ligue Europa, les hommes de Rudi Garcia ont hérité de l’adversaire le moins dangereux sur le papier. Sans lui faire offense, l’équipe autrichienne fait en effet moins peur qu’Arsenal ou l'Atlético Madrid. Attention toutefois à ne pas considérer que la qualification pour la finale sera une formalité.

Ceux qui ont un peu de mémoire se rappellent encore de la défaite de l’OM en Autriche face à Salzbourg (1-0) en phases de poules. Au Vélodrome, les Olympiens n’avaient guère pu faire mieux qu’un match nul (0-0). Les Autrichiens avaient d’ailleurs terminé premiers du groupe I en ne concédant aucune défaite. Ceux qui douteraient encore de la solidité du quadruple champion d’Autriche, doivent savoir qu’il a éliminé en huitièmes de finale Dortmund et en quart de finale, la Lazio Rome, actuellement 3e de Serie A.

Salzbourg, le "self-service" de Leipzig

Néanmoins, l’OM a un très léger avantage psychologique sur son adversaire, celui d’avoir éliminé au tour précédemment "son grand frère" allemand, le RB Leipizg, théoriquement plus fort. Les deux clubs sont très liés. En 2005, l’homme d’affaires et fondateur de la marque Red Bull, Dietrich Mateschitz, rachète le club de Salzbourg avant de fonder en 2009 le RB Leipzig sur les ruines du club amateur du SSV Markanstädt. 


Sa stratégie est de faire de Salzbourg un club pionnier dans la détection de futurs grands joueurs afin de les transférer ensuite au RB Leipzig. A l’instar du défenseur français Dayot Upamecano, de nombreux joueurs évoluant aujourd’hui dans le club allemand ont fait leurs armes dans le club autrichien. A force de se faire piller, les supporters de Salzbourg ont d’ailleurs baptisé leur club "le self-service de Leipzig".


Dépourvu de grands joueurs, Salzbourg compte accéder à la finale de la Ligue Europa en utilisant ce qui a fait sa force jusqu’à présent, à savoir l’impétuosité de sa jeunesse, ingénieusement encadrée par l’expérience de quelques internationaux comme l’Autrichien Christoph Leitgeb ou le Kosovar Valon Berisha. Face à eux, les Marseillais ne devront pas donc baisser leur garde et mettre en avant leur talent, comme ils l’ont fait si bien jeudi soir face à Leipzig. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter