Pourquoi il ne faut pas galvauder le dernier match de l'équipe de France en Albanie

Pourquoi il ne faut pas galvauder le dernier match de l'équipe de France en Albanie
Football

ENJEUX - En tête du groupe H des qualifications pour l'Euro 2020 et désormais qualifiés pour la compétition qui se jouera en juin prochain, les Bleus de Didier Deschamps vont aborder le déplacement en Albanie l'esprit léger mais vont néanmoins faire preuve de sérieux, pour conserver la première place du classement. Certains joueurs auront également à cœur de bien finir l'année 2019 en Bleu.

Avant même de fouler la pelouse du Stade de France jeudi 14 novembre face à la Moldavie, les Bleus de Didier Deschamps ont eu la joie d’apprendre leur qualification pour l’Euro 2020, qui se déroulera dans douze pays différents du 12 juin au 12 juillet prochain. Après s’être fait peur en début de rencontre en encaissant un but moldave dans les dix premières minutes, sur une erreur du Barcelonais Clément Lenglet (9’), les champions du monde tricolores ont relevé la tête pour finalement s’imposer grâce à des buts de Raphaël Varane (35’) et Olivier Giroud (79’).

Si cette victoire face aux Moldaves permet à l’équipe de France de prendre seule la tête du groupe H des éliminatoires de l’Euro 2020, elle ne doit pas éclipser la prestation poussive des Bleus ni occulter l’importance du dernier match de qualification en Albanie, dimanche 17 novembre. En effet, cette rencontre doit permettre aux Français de verrouiller cette première place face à la Turquie. Une défaite les exposerait à un retour de cette dernière, qui n'a que deux points de retard et se déplace en Andorre lors de la dernière journée.

Lire aussi

Une première place à sécuriser

Une première place qui va s’avérer précieuse au moment du tirage au sort des groupes de l’Euro 2020 le 30 novembre prochain à Bucarest. Dans ce tirage, les six meilleurs premiers seront têtes de série quand les quatre autres seront dans le chapeau 2. En figurant dans le chapeau 1, les Bleus s'éviteraient des gros bonnets comme l’Ukraine, l’Angleterre, la Belgique, l’Italie et l’Espagne. Mais s'exposeraient à rencontrer les Pays-Bas, la Pologne, l’Irlande ou encore la Croatie, leur adversaire en finale du  Mondial (4-2).

Si la France figure pour le moment parmi ces six meilleurs premiers avec 16 points et un dernier match à disputer, elle pourrait être devancée par la Pologne et les Pays-Bas, qui comptent respectivement 13 et 15 points et deux rencontres à disputer. D'un point de vue sportif, malgré un large succès au stade de France le 7 septembre dernier (4-1), les Bleus ont déjà chuté en terre albanaise le 13 juin 2015 lors d'un match amical (1-0) et devront donc se méfier des hommes d'Edoardo Reja.

Voir aussi

Le rachat pour Lenglet ?

Outre l'enjeu comptable, certains éléments de l'équipe de France auront l'occasion de se racheter après des prestations mitigées sous le maillot frappé du coq. Premier en lice : Clément Lenglet. Jusqu'ici impérial sous le maillot bleu au côté de Raphaël Varane, le stoppeur du FC Barcelone est passé à côté de sa rencontre face à la Moldavie (2-1). Il est en effet responsable de l'ouverture du score moldave après une erreur de relance aux abords de sa surface.

Dans une moindre mesure, Corentin Tolisso, aligné dans l'entrejeu au côté de l'omniprésent N'Golo Kanté, qui a d'ailleurs battu son record de ballons récupérés en Bleu contre la Moldavie (16), devra montrer un autre visage pour la dernière des Bleus en 2019. Le milieu de terrain du Bayern Munich, pourtant connu pour sa justesse technique et sa qualité de passes, a fait preuve d'imprécision dans ses transmissions et a semblé par moments égaré au rond central, face à des Moldaves volontaires.

Voir aussi

Guendouzi dans le grand bain ?

Même déception pour son coéquipier du Bayern Munich, Kingsley Coman. Très convaincant lors de ses dernières sorties tricolores, avec notamment trois buts lors du rassemblement en septembre dernier, il a rarement fait parler sa percussion et sa qualité de dribbles pour déstabiliser l'arrière-garde adverse, autant en première période sur le flanc gauche, qu'en seconde sur le flanc droit où il aurait pu repiquer dans l'axe pour armer du pied gauche.

Enfin, Didier Deschamps pourrait également être tenté de lancer dans le grand bain le jeune Mattéo Guendouzi, appelé en renfort après la blessure de Blaise Matuidi. A 20 ans, le Gunner espère faire ses débuts en Bleu après un premier rassemblement en septembre vierge d'apparitions. Doté d'un gros volume de jeu, d'une qualité de passes au-dessus de la moyenne et d'une capacité à se projeter rapidement vers l'avant, l'ancien Lorientais pourrait avoir une sérieuse carte à jouer a sept mois de l'Euro. Réponse dimanche.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter