L'idée d'un match entre l’Algérie et la France en 2020 devient concrète (et les Algériens sont enthousiastes)

Football

FOOTBALL – Après une rencontre avec son homologue français lundi, le président de la Fédération algérienne de football a annoncé l’organisation d’un match France-Algérie "dans un futur proche", dans la foulée de la victoire (3-0) des Fennecs mardi soir contre la Colombie... à Lille.

Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, le dernier match de l’équipe de football d’Algérie sur le sol français ne date pas d’octobre 2001 et de la défaite (4-1) face aux Bleus au Stade de France. Une rencontre restée dans les mémoires pour ne pas être allée à son terme en raison d’un envahissement de la pelouse par les supporters des Fennecs, qui avaient, du reste, massivement sifflé la Marseillaise. 

Car, à l’instar de nombreuses sélections africaines francophones, il est arrivé à l’Algérie de disputer des matchs amicaux dans l’Hexagone par pur souci de commodité. Ce fut le cas de celui remporté, mardi soir à Lille, face à la Colombie (3-0). Mais il avait fallu onze ans pour en organiser un autre, le précédent datant de 2008 (contre le Mali à Rouen), signe que quelque chose cloche... Il n’empêche : une rencontre entre la France et l’Algérie doit bien avoir lieu en 2020.

Lire aussi

L’idée est dans les tuyaux depuis plusieurs années. Fin 2009, un barrage de qualification de la zone Afrique pour le Mondial 2010 avait finalement empêché que le match ait lieu à Alger. Depuis, le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, évoque régulièrement le sujet. "Je trouve anormal que deux pays amis ne puissent pas se rencontrer", avait-il répété en juillet. Son homologue algérien, Kheïreddine Zetchi, est d’accord. Lundi, les deux hommes se sont rencontrés pour avancer dans la concrétisation de ce projet. "Nous avons très bien discuté. On va continuer à le faire pour convenir d'une date dans l'année qui suivra. Mais oui, il y aura très certainement, dans un futur proche, un France-Algérie", a-t-il annoncé mardi.

On a eu une très belle ambiance. On s’est senti à la maison.- Djamel Belmadi, le sélectionneur algérien

Cette déclaration marque la première avancée concrète des dernières années, au-delà des simples déclarations d'intention. D’autant que, ce même jour, la Fédération algérienne a publié, consécutivement à cette entrevue entre les deux présidents, un communiqué annonçant une forme de partenariat, à travers une prochaine visite de Noël Le Graët en Algérie au premier trimestre 2020," différentes perspectives de coopération et d'échanges techniques entre les deux nations", ou encore la participation des Fennecs à un prochain tournoi international des moins de 17 ans organisé en France.

Surtout, ce qui fait obstacle depuis de longues années, à savoir la crainte de débordements liés à l’histoire commune entre les deux pays, ne s’est pas vu mardi au stade Pierre-Mauroy. Bien au contraire : les présents ont tous décrit une atmosphère bon enfant. "On a eu une très belle ambiance. On s’est senti à la maison. Les choses se sont bien déroulées. Alors oui, on aimerait bien rejouer en France, à Marseille, Nice ou même Paris", a ainsi lâché le sélectionneur, Djamel Belmadi.

Voir aussi

On aimerait vraiment rejouer ici. On en parle avec les autres joueurs. C’est exceptionnel.- Riyad Mahrez, star de l'équipe d'Algérie

Même son de cloche du côté de la star absolue de l’équipe, Riyad Mahrez, ailier de Manchester City, par ailleurs auteur d’un doublé face aux Colombiens : "L’ambiance a été magnifique. C’est pour ça qu’on aime notre public. On aimerait vraiment rejouer ici. On en parle avec les autres joueurs. C’est exceptionnel." Autre source de motivation : "On veut jouer contre les meilleurs pour devenir encore meilleurs. Jouer les champions du monde, on le veut, tout le monde a envie de voir ça, et je vous garantis qu’en Algérie tout se passera bien", a encore insisté Djamel Belmadi.

Lequel considère que cette rencontre à Lille "était aussi un test, d’une certaine manière, pour voir si les choses se passent bien. Elles se sont bien passées, alors que certaines villes ont refusé de nous accueillir." Mardi, le match a seulement été perturbé par quelques timides sifflets durant l’hymne colombien, vite couverts par les applaudissements du reste du stade, l’allumage de fumigènes ayant entraîné une courte interruption, et la tentative d’intrusion, vite empêchée, de deux hommes en toute fin de match. Aucune date, ni aucun lieu, n’ont pour l’heure été arrêtés concernant l’amical à venir, même si l’automne 2020 à Oran tient la corde. L’essentiel est ailleurs : il faudra sans doute, cette fois, attendre moins de onze ans pour revoir les champions d’Afrique sur notre sol. Champions d’Afrique dont, soit dit en passant, sept des onze titulaires sont nés en France.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter