France - Côte d'Ivoire : qui était Laurent Pokou, pour qui sera organisée une minute de silence

Football
DirectLCI
DISPARITION - Avant le coup d'envoi de ce match amical entre les Bleus et les Éléphants, mardi soir à Lens (21 heures, sur TF1), le public et les joueurs vont rendre hommage à cet ancien attaquant ivoirien, décédé dimanche à l'âge de 69 ans.

Légende d'Abidjan, de Rennes et coéquipier de Platini

Formé à l'ASEC Mimosas d'Abidjan, puis joueur vedette de cette équipe, Laurent Pokou est devenu l'attaquant star de la sélection ivoirienne dans les année 1960-1970 (70 capes). Meilleur buteur des CAN 1968 et 1970, il marqué 14 buts lors des ces deux éditions deux éditions, un record qui aura tenu pendant près de quarante ans, il n'a pourtant jamais remporté cette compétition. Joueur d'instinct et magnifique dribbleur, Pokou a tapé dans l'oeil des clubs européens sur le tard, ne signant à Rennes qu'à l'âge de 27 ans. Auteur de 46 buts en quatre saisons, celui qui été alors surnommé le "Duc de Bretagne" rejoint le Nancy d'un certain Michel Platini en 1977. Il n'y restera qu'une année, avant de revenir en Bretagne puis de repartir en Côte d'Ivoire en 1980. Pokou rejouera ensuite pour Abidjan, où il fait office de joueur/entraîneur, avant de raccrocher ses crampons en 1983 au RS Anyama, à l'âgé de 36 ans. Il stoppe sa carrière de coach à l'US Yamoussoukro, en 1988.

Il avait impressionné le Roi Pelé

Pilier de la sélection ivoirienne, Pokou participe à la Coupe de l'Indépendance du Brésil en 1972, sorte de petite Coupe du éphémère, et scotche tous les observateurs. Revenu en pleine bourre d'une vilaine blessure l'année précédente, l'attaquant ne parvient alors pas à mener la sélection continentale africaine jusqu'au tour final mais montre de très belles choses face à l'Argentine et la France (deux défaites). Contre la sélection de la CONCACAF, il met la défense adverse au supplice mais ne parvient pas trouver la faille. Il y arrivera lors du dernier match contre la Colombie (victoire 3-0). Pas suffisant pour accrocher la qualification, mais assez pour s'attirer les éloges de Pelé qui lui a lancé : "Tu aurais dû naître brésilien".

La sélection ivoirienne en deuil

Évidemment touchés par cette disparition alors qu'ils préparaient ce match amical face à l'équipe de France, les Éléphants vont donc rendre hommage à Laurent Pokou qu'ils savaient malade. "Ç'a été un peu difficile d'apprendre son décès, parce que c'était mon idole quand j'étais jeune et qu'il jouait à Rennes, j'avais son poster dans ma chambre, a dit le sélectionneur français de la Côte d'Ivoire, Michel Dussuyer, en conférence de presse. J'ai eu l'occasion de le rencontrer, c'était un monsieur très bien, a ajouté le Français. Je l'ai rencontré à Abidjan, c'était quelqu'un de très simple et humain". Même émotion chez Salomon Kalou, qui a parlé d'un "coup dur pour tout le monde en Côte d'Ivoire parce que c'était une légende. Il a fait rêver bon nombre d'Ivoiriens. On va jouer avec une pensée pour lui, pour lui rendre hommage. Son esprit sera avec nous et tous les Ivoiriens seront avec nous".

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter