France - Espagne (1-0) : une rentrée réussie

Football

FOOTBALL - Loïc Rémy a permis à l'équipe de France de dominer le champion d'Europe en titre, l'Espagne, jeudi à Saint-Denis. Avec cette victoire de prestige, face à un adversaire qui se cherche encore un peu mais qu'ils n'avaient plus battu depuis huit ans, les Bleus entament de la meilleure des manières le chapitre qui se terminera à l'Euro 2016.

On pensait qu'un France-Espagne, même placé en début de saison, ne pourrait jamais être un match complètement amical. On s'était trompé. Entre les nombreuses approximations techniques, des joueurs statiques et un jeu qui ronronne, on a même parfois manqué de s'assoupir. Heureusement, le public du Stade de France avait envie de croquer son petit bout de Brésil et, par sa clameur continue, a transmis, jeudi soir, toute l'intensité avec laquelle il a vécu l'événement.

Une rentrée des classes réussie pour les Bleus, vainqueurs (1-0) d'une Roja qui a pourtant encore de beaux restes. Sissoko a déboulé quand il le fallait et a créé des brèches sur son aile droite, Benzema a souvent décroché pour jouer en déviation et fluidifier le jeu. Valbuena, lui, a gratté des ballons aux quatre coins du terrain. Et, pour le coup, on se serait cru revenu deux mois en arrière. Positionnée très bas, l'équipe de France a su prendre la largeur pour placer quelques banderilles, tandis que ses adversaires s'attelaient à remporter la bataille du milieu et à passer plein axe.

Opposition de styles

Une opposition de style qui a concrétisé ce que l'on pensait avant le match : en l'espace d'un an, le rapport de force entre les deux nations s'est équilibré. Didier Deschamps pourra aussi se satisfaire de la solidité de sa charnière Sakho-Varane, qui a dominé son sujet dans les grandes largeurs. Il aura aussi bien noté les mouvements offensifs maîtrisés de ses hommes. On peut citer, pêle-mêle, une frappe croisée cadrée de Benzema, trouvé dans la profondeur par Valbuena à la 9e minute, une ouverture de Pogba déviée de la tête par Griezmann pour une reprise détournée du même Benzema à la 39e.

L'attaquant du Real Madrid s'est même vu refuser un but pour une position de hors-jeu à la réception d'un centre de Sissoko, à la 50e. Mais c'est l'entrant Rémy qui, finalement, a fait la différence à la 72e, en expédiant au ras du poteau gauche un centre en retrait de Valbuena. Réussissant l'exploit de donner à ce match un fort goût de reviens-y. Et ce sera dès dimanche face à la Serbie.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter