Équipe de France : ce que Corinne Diacre va changer contre le Nigeria (et pourquoi)

Football

Toute L'info sur

La Coupe du monde féminine de football 2019

EQUIPE DE FRANCE – Déjà qualifiées pour les 8es de finale de "leur" Coupe du monde 2019, les Bleues affrontent le Nigeria ce lundi soir (21h sur TF1) pour consolider leur place en tête du groupe A. L’occasion, aussi, pour la sélectionneuse de faire tourner son effectif.

Le changement, c’est maintenant… Ou jamais. Tous les sélectionneurs du monde connaissent la chanson lors d'une grande compétition internationale : dans une phase de groupes en trois matchs, et avant une phase à élimination directe où l’équipe jouera sa tête à chaque sortie, la 3e rencontre, si tout ne s’est pas trop mal passé avant, représente le seul créneau pour accorder du temps de jeu à des remplaçants trouvant forcément le temps du tournoi plus long. C’est le cas des Bleues de Corinne Diacre dans cette Coupe du monde 2019 en France : après avoir disposé de la Corée du Sud (4-0) puis de la Norvège (2-1), elles affrontent le Nigeria, ce lundi soir à Rennes, en étant déjà qualifiées pour les 8es de finale.

On pense malgré tout un petit peu à la suite de la compétition.Corinne Diacre dimanche

C’est donc sans surprise que la sélectionneuse a annoncé, dimanche en conférence de presse de veille de match, "quelques changements" dans son onze de départ. Au motif que : "On (le staff technique de l’équipe de France) prend en compte l'état de forme des joueuses. Surtout, on pense malgré tout un petit peu à la suite de la compétition, pas très loin, tout simplement au 8e de finale." L’idée étant donc à la fois de reposer les plus fatiguées tout en concernant celles qui pourraient, dans un proche avenir, faire pencher le destin du bon côté en entrant en cours de match. Mais alors, quels changements ?

En défense, Périsset à la place de Torrent

Entrée en cours de match par deux fois dans ce premier tour en tant qu’arrière latérale, un coup à gauche pour suppléer Amel Majri face à la Norvège, un coup à droite en relais de Marion Torrent contre la Norvège, récupérant au passage le brassard de capitaine, signe de la considération que lui porte malgré tout Corinne Diacre, c’est encore à droite qu’Eve Périsset débutera la rencontre de lundi soir, pour laisser Torrent récupérer de ses (nombreux) petits bobos, dont celui au genou qui aura permis à son équipe d’obtenir un penalty salvateur devant les Norvégiennes. Pour le reste, la sélectionneuse conservera en l’état son socle défensif, avec Sarah Bouhaddi dans les cages, Wendie Renard et Griedge Mbock en charnière, et Amel Majri à gauche.

Au milieu, Bilbault pour soulager Bussaglia

Élise Bussaglia n’a plus ses jambes de 20 ans, et c’est en tirant la langue qu’elle a disputé la seconde période face à la Norvège, après l'intégralité du match d'ouverture. Mais, à 33 ans, une résurrection sera toujours possible dans les matchs-couperets et, en attendant, c’est Charlotte Bilbault qui prendra sa place au côté de l’inamovible capitaine Amandine Henry dans le binôme de milieux récupératrices ce lundi. Un choix qui est aussi tactique : "Les forces de Charlotte se situent dans le domaine athlétique, dans le combat", a en effet rappelé Corinne Diacre, qui sait que les Nigérianes lui opposeront un bloc compact et rugueux, face auquel l’aspect physique aura, cette fois, au moins autant d’importance que la dimension technique.

Sur les ailes, Asseyi et Cascarino pour faire bouger les lignes

Delphine Cascarino n’est pas une remplaçante à proprement parler, puisqu’elle a débuté le match d’ouverture face aux Coréennes et, plus largement, 8 des 10 derniers matchs des Bleues. Mais Kadidiatou Diani ayant été décalée à droite pour céder sa place en pointe à Valérie Gauvin (finalement buteuse et désignée meilleure joueuse du match) contre la Norvège, la jeune prodige (22 ans) a dû ronger son frein sur le banc au coup d’envoi de la rencontre la plus essentielle jusqu’alors. Elle retrouvera son aile droite ce lundi soir, cette fois pour que l’indispensable Diani reprenne des forces. Mais, en cas de grosse performance, elle risque de compliquer la tâche de sa sélectionneuse en vue des prochaines échéances, sa vitesse et ses dribbles demeurant des atouts précieux pour dynamiter les arrière-gardes adverses.

Ce ne sera, a priori, pas le cas de Viviane Asseyi, qui marque le coup en sélection depuis qu’elle a inscrit quatre buts lors de ses quatre premières apparitions en équipe nationale. Elle prendra, en l’occurrence, la place d’Eugénie Le Sommer, sous la menace d’une suspension en cas de carton jaune, sur le côté gauche de l’attaque. Et comme il n’est pas question que la star absolue des tricolores s’asseye sur le banc par la suite, sa doublure bordelaise sait que ses premières minutes dans le tournoi pourraient aussi être ses dernières. Raison de plus, direz-vous, pour se mettre en valeur.

Le onze probable face au Nigeria

Bouhaddi – Périsset, Mbock, Renard, Majri – Henry, Bibault – Cascarino, Thiney, Asseyi – Gauvin

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter