France-Roumanie (2-1) : non, Dimitri Payet n’est pas un héros

France-Roumanie (2-1) : non, Dimitri Payet n’est pas un héros
Football

EURO 2016 – Buteur providentiel à la toute fin du match d’ouverture face à la Roumanie (2-1), vendredi soir, Dimitri Payet a pris une nouvelle dimension en équipe de France. Mais, surtout, il ne faut pas le dire. Justement pour que le charme continue d’agir.

"Dimitri, on le connaît, il a fait une belle saison. Aujourd’hui, il fait la différence, avec une passe décisive et un but." On peut toujours compter sur N’Golo Kanté pour faire dans la simplicité, y compris quand il s’agit d’évoquer un coéquipier en zone mixte (l’espace dévolu aux échanges entre joueurs et journalistes). Tout juste douchée et sortie du vestiaire, une heure et demi après le coup de sifflet final du match d’ouverture de l’Euro 2016, France-Roumanie (2-1), ce vendredi soir au Stade de France, la nouvelle sentinelle des Bleus n’avait d’ailleurs pas grand-chose à dire non plus sur les larmes du sauveur au moment de son remplacement, consécutives à son but somptueux de la 89e. "Je ne l’ai pas vu, mais tout le monde m’en a parlé (rires)."

EN SAVOIR + >>  VIDÉO - Les larmes de Payet à sa sortie

N’Golo Kanté était sans doute alors encore pleinement concentré sur les dernières minutes qu’il restait à jouer. Mais le fait qu’il s’esclaffe en évoquant un instant pourtant poignant dit aussi que, dans le vestiaire, les Bleus n’en ont pas fait tout un fromage. Comme souvent, il faut compter sur ce bon vieux Patrice Evra pour faire le point. Une fois n’est pas coutume, le latéral gauche s’est arrêté devant les journalistes en zone mixte. Et il a longuement parlé de Dimitri Payet.
 
Tonton Pat' monte au créneau

"Je le chambre souvent avec son match en Albanie il y un an (le joueur avait été catastrophique et n’était plus revenu en sélection jusqu’en mars, ndlr). Maintenant, c’est le vrai Dimi, celui qu’on aime, celui qu’on a vu à West Ham. Aller en Angleterre lui a fait du bien, parce que c’est plus dur là-bas (qu'en France, ndlr). Il est important pour l’équipe. je joue avec lui sur le côté, il fait les efforts (défensifs, ndlr). Je suis vraiment content pour lui. On ne va pas s’enflammer, il va continuer, mais franchement, frapper comme ça en lucarne, c’est parfait pour l’équipe de France."

Passés les compliments d’usage, "Tonton Pat" a ensuite lancé un avertissement : "En Angleterre, c’est la star. Mais en équipe de France, je lui ai dit : 'Si tu veux être la star, il faut avoir le même rendement qu'à West Ham, et alors pas de soucis.' Le coach lui laisse beaucoup de liberté en sélection, il prend le jeu à son compte et peut aller derrière les deux attaquants... Mais je vous le demande (il s’adresse aux journalistes, ndlr), ne l’enflammez pas. Vous l’avez fait avec la Pioche (Pogba) et Grizou (Griezmann), mais je le répète, la star, ce n’est pas Dimi, ce n’est pas Paul... C’est toute cette équipe. Après, son but est magnifique, mais il faut insister sur l’état d’esprit de l’équipe, qui n’a rien lâché."

EN SAVOIR + >> Les Bleus refont le match

Dimitri Payet sur ses larmes : "J’ai été pas mal sous pression cette saison"

L’intéressé s’est pointé quelques minutes plus tard dans le couloir en zigzag installé dans les entrailles du Stade de France, pour répondre à son tour à nos questions. Quand on lui a répété les propos de Pat’ Evra, il a ri, puis il a dit : "Etre le héros, ce n’est pas quelque chose qui m’attire. J’essaie d’être performant, décisif. C’est ce qu’on me demande." N’est-il tout de même pas l’homme providentiel ? "Oui, c’était déjà arrivé contre le Cameroun. Oui, c’est moi, c’est bien... J’espère que, la semaine prochaine, ce sera un autre et ainsi de suite, parce que l’Euro, si on veut le gagner, il faudra faire des matchs comme ce (vendredi) soir, ne jamais lâcher." Derrière les propos quasi similaires des deux hommes, rode l’ombre de Didier Deschamps, et son apologie permanente du collectif, au détriment et au profit des individus.

Il n’y a en fait qu’au sujet de ses larmes que Dimitri Payet a, finalement, daigné parler de lui. "J’ai été pas mal sous pression cette saison. J’étais très attendu, notamment en sélection… Si on m’avait dit que ce (vendredi) soir, ça se passerait comme ça, je n’y aurais pas cru. C’est tout ça qui est ressorti à ce moment-là", a-t-il expliqué, sans se départir de son sourire béat. Avant d’ajouter : "Je sais d’où je viens, et je viens de loin. J’avais juste envie de me régaler." Voici l’histoire d’un sauveur qui aurait déjà été sincèrement heureux d’être sur le banc.

A LIRE AUSSI
>>  REVIVEZ - France-Roumanie : Payet en mode sauveur (2-1)
>>  VIDEO - Euro 2016 : la tête victorieuse de Giroud
>>  VIDEO - Euro 2016 : la parade énorme de Lloris  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Nous avons perdu la maîtrise" de l'épidémie, alerte l'infectiologue Karine Lacombe

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

EN DIRECT - Covid-19 : le PIB baissera au quatrième trimestre, confirme Bruno Le Maire

Caricatures, loi sur le voile, mise à l'honneur d'Israël... quand la France est visée par un boycott

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent