Frank Lebœuf : "Je n'attendais plus grand-chose de M. Hollande, mais là, on touche le fond"

Football
POLÉMIQUE - Auteur de sorties très peu élogieuses sur les footballeurs, et notamment ceux de l'équipe de France, dans des propos rapportés dans l'ouvrage "Un président ne devrait pas dire ça", François Hollande ne s'est évidemment pas fait des amis dans le monde du ballon rond. Et surtout pas le champion du 1998, très déçu par le manque de hauteur du président de la République.

LCI : Est-ce que, comme François Hollande, vous pensez que les footballeurs d'aujourd'hui auraient bien besoin de cours "de musculation de cerveau" ?

Frank Lebœuf : Vous savez, toute ma carrière, on m'a dit que les footballeurs étaient des cons. Donc il n'y a rien de nouveau là-dedans. Non, et puis c'est bien, moi, je le félicite le Président. Pour une fois qu'il est à l'unisson de ce que pensent les gens... Ce n’est pas comme si c'était son rôle de prendre un peu de hauteur sur les choses...

LCI : On vous sent quand même bien remonté...

Frank Lebœuf : Oui, car là, on est vraiment dans les généralités, et ça blesse. Franchement, on est très bas au niveau du débat, on est dans le cliché sur tout : sur les footballeurs, sur la jeunesse et sur ce qu'est une partie de la France. Je n'attendais plus grand-chose de Monsieur Hollande, mais là, on touche le fond.

Moi, jouer au foot ne m'a jamais empêché de lire des livresFrank Leboeuf

LCI : Le président semble dire la même chose du niveau intellectuel de la nouvelle génération. Pour lui, les joueurs "sont passés de gosses mal éduqués à vedettes richissimes, sans préparation [...] à savoir ce qu’est le bien, le mal". Certains anciens de France 98 ont déjà émis des critiques similaires. Vous ne les partagez pas ?

Frank Lebœuf : Sur certains cas particuliers, peut-être. Mais là, on est encore dans le cliché. La nouvelle génération, c’est qui, c’est quoi ? Jallet (Christophe), Lloris (Hugo), Matuidi (Blaise) ou d’autres, sont mal éduqués ? C’est faux ! Oui, beaucoup de joueurs de foot viennent des quartiers, parce que le foot est un sport populaire et qu'il faut vraiment avoir faim pour réussir, pour vouloir une meilleure vie que ses parents. Mais ça ne veut pas dire qu’on n’y reçoit pas une bonne éducation. Et ce n'est pas parce que les footballeurs passent moins de temps à l'école que les autres qu'ils sont complètement cons. Moi, jouer au foot ne m'a jamais empêché de lire des livres et de m'intéresser à autre chose. Et il y a plein de joueurs qui font la même chose.

Si on ne voulait pas de Noirs ou d'Arabes en France, et donc en équipe de France, on n'avait qu'à pas les coloniserFrank Lebœuf

LCI : Le football, et surtout les Bleus, sont devenus depuis longtemps un enjeu politique. Le débat sur le comportement des joueurs n'est donc pas nouveau...

Frank Lebœuf : Non, mais je sais très bien qu'il [François Hollande] est dans le positionnement politique et qu'il essaie de plaire au plus de gens possible. Il a visiblement tenu ces propos après l'Euro 2012, à l'époque où on sortait encore de Knysna et où l'équipe de France n'allait pas bien. Il voulait aller dans le sens de l'opinion. Pourtant, pendant le dernier Euro, il s'est affiché avec les Bleus... Ça illustre bien qu'il ne faut rien attendre de cette classe politique, tous bords confondus, qui n'est que dans le calcul et l'image. Franchement, vu l'état du pays, le président de la République n'a pas mieux à faire que de parler des Bleus avec des journalistes ?

LCI : Lorsqu'il évoque une "communautarisation, une segmentation, une ethnicisation" au sein de l'équipe de France, ne soulève-t-il des questions qui se posent à l'ensemble de la société ?

Frank Lebœuf : On reste dans la généralisation. Avec ce type de propos, je trouve qu'il sort de son rôle de rassembleur, qu'il abaisse la fonction de Président. Il me semblait pourtant que le pays s’était construit sur des invasions, des mélanges de populations, des vagues d’immigration. Je connais mon histoire de France, et on n’est pas tous des Gaulois. Un Français "100 % pur", comme le revendiquent certains, ça n’a jamais existé. Et puis si on ne voulait pas de Noirs ou d'Arabes en France, et donc en équipe de France, on n'avait qu'à pas les coloniser et les laisser tranquille.

VIDÉO - Fabrice Lhomme : "François Hollande veut laisser une trace dans l'histoire"

En vidéo

Fabrice Lhomme : "François Hollande veut laisser une trace dans l'histoire"

VIDEO. Livre polémique sur François Hollande : "Une volonté de reconstruire son image"

En vidéo

Livre polémique sur François Hollande : "Une volonté de reconstruire son image"

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les confidences de François Hollande

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter