Équipe de France : "On m’avait peut-être oublié" se souvient Gameiro

Équipe de France : "On m’avait peut-être oublié" se souvient Gameiro
Football

FOOTBALL – Double buteur contre la Bulgarie (4-1), ce vendredi, Kevin Gameiro a complètement réussi sa première titularisation en équipe de France depuis novembre 2011. En conférence de presse, ce samedi, il s’est montré offensif face aux doutes qui l’entouraient depuis son départ du PSG en 2013.

Au lendemain d’un succès convaincant contre la Bulgarie (4-1) pour lancer la campagne de qualifications de l’équipe de France au Mondial 2018, il n’y en a que pour les "GG" de l’Atlético de Madrid. Le duo Griezmann-Gameiro a porté les Bleus avec un but et une passe décisive pour le premier et un doublé pour le second. Cette doublette supplante (momentanément ?) un troisième G : Giroud, qui pourrait commencer à sentir le souffle de l’ancien Lorientais dans son dos. Pour ce rassemblement d’octobre, Gameiro a repoussé la concurrence de Gignac, Fekir voire de Martial pour gagner ses galons de titulaire avant le premier choc du groupe contre les Pays-Bas, lundi soir (20h45) à Amsterdam. 

Emery ne l'a pas oublié

Mais avant de rentrer pleinement dans la préparation de cette rencontre importante, Kevin Gameiro s’est plié à l’exercice de la conférence de presse ce samedi et il avait un message à faire passer à ses détracteurs. "C'est une petite revanche sur ce qui a pu se passer et ce qui a pu être dit sur moi. J'ai pu entendre que je n'avais pas le niveau international. Je suis parti en Espagne pour avoir du temps de jeu, m'éclater. Durant 3-4 années, on m'avait peut-être oublié aussi. J'ai fait de très bonnes saisons à Séville, même si je n'ai pas été souvent titulaire." Comme sur le terrain, face à la défense bulgare, l’ex-Parisien s’est montré incisif et tranchant. 

Lire aussi

    Mais l’avant-centre de l’Atlético de Madrid s’est aussi épanché sur d’autres sujets. Notamment sur la différence entre le Gameiro 2011 et 2016 : "J'ai vieilli. J'ai beaucoup plus d'expérience, je suis plus mature, plus posé. J'essaye d'aborder les choses de manière positive, de ne pas me prendre la tête sur des détails. Le travail paye et je suis dans mes meilleures années." Une progression qui n'a pas échappé à son ancien entraîneur à Séville, Unai Emery. "Je n'ai pas eu de message (de félicitations) du coach Simeone mais d'Unai Emery. Il était très content pour moi. Cela m'a fait plaisir de lire son message." Gameiro sait qu’il doit désormais enchaîner les prestations de premier plan pour que Didier Deschamps redistribue définitivement les cartes dans le secteur offensif, derrière l’intouchable Antoine Griezmann. 

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent