Gourcuff : "Fekir m’appelle pour me dire qu’il avait choisi l’Algérie et..."

Gourcuff : "Fekir m’appelle pour me dire qu’il avait choisi l’Algérie et..."
Football

FOOTBALL – Aujourd'hui international français, Nabil Fekir aurait très bien pu jouer sous le maillot des Fennecs. Christian Gourcuff révèle que le joueur de l'OL lui avait donné son accord afin de représenter l'Algérie en mars dernier, avant de se retracter.

Six mois après avoir définitivement opté pour l'équipe de France, même s'il reste encore sélectionnable avec l'Algérie sachant que les Bleus ne disputeront pas de rencontre officielle avant l'Euro 2016, Nabil Fekir en est devenu un cadre à part entière en très peu de temps. Mais sa récente rupture des ligaments croisés connue lors de sa première titularisation avec la France, face au Portugal, a littéralement stoppé son incroyable progression à l'âge de 22 ans. Et cette mésaventure ne serait peut-être jamais arrivée si l'attaquant de l'Olympique Lyonnais avait opté pour la sélection algérienne.

"Entre 14h et 16h, ce n'est pas l'avis de son père qui a fait changer sa décision"

On frôle le foot fiction, évidemment, mais voir Fekir, détenteur de la double nationalité franco-algérienne, sous le maillot des Fennecs, n'était pas non plus totalement dénué de sens. Invité de l'émission L’Equipe du Soir, Christian Gourcuff, le sélectionneur de l'Algérie, est ainsi revenu sur cette affaire qui avait secoué le foot français au mois de mars dernier. L'ancien coach du FC Lorient s'est même laissé aller à une confidence à propos de la prise de décision finale de Fekir, et cette dernière confirme bien le tiraillement du principal concerné au moment de choisir entre l'Algérie et la France.

A LIRE AUSSI >> Fekir blessé : un gros coup dur pour le foot français

"Nabil devait nous rejoindre en stage au mois de septembre de l’an dernier. Mais, blessé, il n’est pas venu. Puis il a commencé à prendre du recul car il jouait de plus en plus à Lyon. Il a alors demandé à ne pas participer à la CAN. On l’a pris comme un non. Enfin, le jour où on doit donner les convocations pour le stage au Qatar, Nabil m’appelle pour me dire qu’il avait choisi l’Algérie. Il était 14 heures. Et à 16 heures, il me rappelle pour me dire qu’il avait choisi finalement la France, regrettait Christian Gourcuff. Après, il faisait son choix, il n'y avait pas de problème. Mais entre 14 heures et 16 heures, ce n'est pas seulement l'avis de son père qui a fait changer sa décision."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter