"Guardiola serait capable de remettre Manchester United à l'endroit"

"Guardiola serait capable de remettre Manchester United à l'endroit"

DirectLCI
FOOTBALL - C'est un drôle de défi qu'a relevé Pep Guardiola. Celui consistant à faire mieux que Jupp Heynckes, qui a tout raflé la saison passée avec le Bayern Munich. En remportant mardi le titre de champion d'Allemagne le plus précoce de l'histoire, l'Espagnol semble en passe de gagner cet improbable pari. Mais comment a-t-il fait ? Décryptage exhaustif de la patte Guardiola en compagnie de Jean-Charles Sabattier, spécialiste historique du foot allemand sur Canal+.

La tactique
"Il aurait très bien pu surfer sur la vague de la saison passée mais il n'a pas hésité, dès le mois d'août, à casser tous les codes tactiques connus dans cette équipe. Il a par exemple repositionné le latéral Philipp Lahm juste devant la défense centrale. Il a complètement relancé la carrière de Rafinha, qui était mis de côté par Jupp Heynckes. Il a aussi parfaitement su utiliser Mario Götze dans un rôle de neuf et demi alors qu'il évoluait sur les ailes avec Dortmund. D'une certaine manière, il a réussi à changer en profondeur l'identité de jeu du Bayern. Au bout de trois mois, ses joueurs avaient bien intégré son idée de base sur la récupération et la tenue du ballon, puis sur l'alternance entre les temps forts et les temps faibles. Pourtant, ça a été compliqué à comprendre, même pour les observateurs. Et puis, à l'arrivée, la démonstration a été assez éclatante."

La communication
"À son arrivée, toutes ses histoires à Barcelone sont ressorties : il ne parle pas, il flique ses joueurs, etc. C'est vrai que ce n'est pas le mec le plus expansif de la terre mais il se montre toujours disponible. En conférence de presse, il répond à absolument toutes les questions et fait l'effort de le faire en allemand depuis le départ. Une fois, on l'a vu pencher sa tête au-dessus de l'épaule d'un confrère norvégien pour corriger la composition d'équipe écrite sur sa feuille (rires). Il a parfaitement réussi à se fondre dans les particularismes de la Bundesliga, où les entraîneurs sont au moins autant des stars que les joueurs."

Le relationnel
"Les joueurs nous disent tous qu'il a une idée extrêmement précise de là où il veut aller. Il y a une vraie harmonie entre lui et le club dans son entité, y compris dans ses rapports avec le directeur sportif Matthias Sammer. C'est le patron sur le plan sportif. Mais il sait aussi se mettre à l'écoute, même si, in fine, c'est lui qui décide. Je pense notamment au cas de Mario Mandzukic. Ce n'était pas son type de joueur : trop grand, trop lourd. Au début, il ne le faisait pas jouer. On sentait que les rapports entre eux étaient très tendus. Et finalement, l'attaquant a su, par le travail, s'adapter au jeu prôné par Guardiola, au point de s'être rendu indispensable aux yeux du coach. Voilà. Il est constamment dans l'échange."

Sa valeur ajoutée
"La grande différence avec Jupp Heyckes, qui fonctionnait avec un onze type presque immuable, c'est que lui fait plus largement tourner son effectif. Cette saison, c'est vraiment tout le groupe qui est impliqué dans le processus de victoires. D'ailleurs, même maintenant qu'il a remporté le titre de champion d'Allemagne, son objectif prioritaire, il va conserver son système de rotation. Il y a deux tiers des joueurs qui constituent sa base et tournent à 60% de temps de jeu. Et puis il y a le dernier tiers qui tourne à 30%. Ceux-là, on devrait les voir un peu plus en Championnat dès samedi mais cela ne changera pas grand-chose puisque, depuis son arrivée, il n'a jamais hésité à ménager certains de ses hommes, pour permettre, par exemple, à ceux qui reviennent de blessure de monter en puissance. Il l'a fait avec Martinez, Thiago, Schweinsteiger, même avec Ribéry mardi soir . Il ne prend aucun risque. Il peut se le permettre vu que, quelle que soit l'équipe qu'il aligne, quel que soit le schéma tactique (4-1-4-1 ou 4-2-3-1), le résultat est exactement le même pour l'adversaire. Et c'est bien le plus étonnant. Même quand il sort Neuer, le gardien titulaire, à Hanovre, ça se termine en 4-0 pour le Bayern. Son turnover s'inscrit dans un vrai travail d'humilité. Il n'a jamais aligné deux fois le même onze depuis le début de saison. C'est une forme de rappel à tous ses joueurs : il leur faut toujours se remettre en question d'un match à l'autre sur le plan de la concentration, au-delà de leurs qualités."

Un vrai grand entraîneur ?
"Je pense que Guardiola serait capable de remettre Manchester United à l'endroit. Louis Van Gaal, par exemple, qui a lui aussi un palmarès énorme, quand il prend les commandes du Bayern, ça ne marche pas bien en Europe, il n'y a pas de symbiose dans l'équipe... Pour en arriver à l'harmonie qu'on peut voir en ce moment au Bayern, c'est une cuisine infiniment précise. Guardiola a eu le mérite de faire évoluer le travail de Jupp Heyckes. Il dit d'ailleurs qu'il y a encore beaucoup de domaines dans lesquels son équipe peut progresser. Faire tourner autant d'adversaires en bourrique n'est pas anodin. Il les essouffle avant de les étouffer et, en deux accélérations, c'est terminé. Réussir cela, c'est une marque. D'ailleurs, la façon dont jouaient Messi, Xavi et Iniesta quand il coachait Barcelone, c'est lui qui l'a mise en place. C'est la patte des grands. Pour vivre avec cette équipe du Bayern de l'intérieur depuis plusieurs années, je peux vous dire que je ne les ai jamais sentis aussi forts, confiants et sérieux. Ils n'ont perdu qu'une fois cette saison, contre City (2-3) en Ligue des champions (le 10 décembre), et on se demande encore comment ça a pu arriver. C'est hallucinant."

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter