Hatem Ben Arfa taclé à la gorge par Harry Redknapp

Hatem Ben Arfa taclé à la gorge par Harry Redknapp
Football

CLASH - On aurait pu penser qu'Harry Redknapp, l'entraineur des QPR, ne se souciait guère du transfert d'Hatem Ben Arfa de Newcastle à Hull City. Sauf que...

Hatem Ben Arfa, passé en quelques années du statut d'enfant roi à celui de pestiféré du football français, est habitué aux critiques. Quand il avait quitté Marseille pour Newcastle, à l'été 2011, on pensait pourtant qu'il avait tiré des leçons de ses conflits avec ses précédents entraineurs. Mais, trois ans plus tard, il se disputait violemment avec le coach des Magpies, Alan Pardew, et se retrouvait poussé vers la sortie. Il a donc rallié Hull City cet été , dans l'espoir de tourner une nouvelle page de sa carrière et, pourquoi pas, de se relancer. Non sans adresser une sorte de lettre d'adieu au public de Saint James' Park, qui l'idolâtrait au point de protester contre son départ. Une démarche qui n'a pas laissé insensible l'omnipotent Harry Redknapp, technicien en poste aux Queens Park Rangers.

"Je veux transmettre mes remerciements à la Toon Army, à tous les supporters qui m'ont soutenu quand je jouais pour le club et vivais dans cette ville, qui seront pour toujours dans mon cœur. Merci aussi à tous ceux, à Newcastle et à Hull, qui ont rendu possible ce prêt. Je souhaite le meilleur à Newcastle. J’espère qu'ils feront une bonne saison. J'ai hâte de relancer ma carrière à Hull avec Steve Bruce. Je le remercie de la confiance qu'il m'a accordée en me faisant venir dans ce club", avait écrit l'international français dans un communiqué publié le 2 septembre, dernier jour du mercato, juste après l'officialisation de son prêt.

"Ben Arfa n'est pas Shearer"

Ce qui a inspiré Redknapp dans sa chronique pour The Sun ce lundi : "Hatem Ben Arfa a écrit une lettre ouverte aux supporters de Newcastle en les remerciant pour leur soutien dans une ville qui sera 'pour toujours dans [son] cœur'. Mais si j'étais un fan des Magpies, je crois que je lui aurai répondu pour lui demander pourquoi il n’avait pas essayé de se donner davantage lorsqu'il jouait pour cette équipe.Combien de matches a-t-il joué : 50, 60 ? Il n’est pas Alan Shearer, Jackie Milburn ou Kevin Keegan. Il y a désormais cette tendance dans le football moderne : les joueurs ouvrent leur coeur et déclarent leur flamme aux supporters qu’ils laissent derrière eux mais ne le pensent pas vraiment." Le début d'une relation épistolaire avant, qui sait, un prochain transfert ?
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent