Hoarau : "j'ai flingué ma carrière" en partant en Chine

Football
DirectLCI
FOOTBALL – Désormais sous les couleurs des Young Boys de Berne en Suisse, Guillaume Hoarau s'est livré à une interview confessions avec nos confrères de sport-Première. L’ancien Parisien et ex-international fait preuve d'une rare lucidité sur ses choix de carrière.

Du haut de son mètre quatre-vingt-douze, Guillaume Hoarau a passé cinq saisons dans les rangs du PSG et une demi-saison dans ceux des Girondins de Bordeaux. Le temps de planter une quarantaine de buts toutes compétitions confondues, avant de s'envoler pour la Suisse et les Young Boys de Berne, via un passage par les Dalian Aerbin en Chine.

Interrogé par nos confrères helvétiques de Sport-Première , le Réunionnais ne s'est pas caché de ses choix de carrière financiers, et non sportifs. Jugeant au passage que « partir en Chine, c'était flinguer ma carrière ». Lucide, "J’ai pris un risque de faire le choix du financier en signant trois ans là-bas, prendre beaucoup d’argent et construire mon avenir, ma vie future, celle de mon fils aussi. Malheureusement, ça ne s’est pas passé".

"Si un attaquant peut dire qu’il peut concurrencer Zlatan Ibrahimovic, qu’il y aille"

Un choix aussi guidé par l'arrivée au PSG des stars voulues par les Qataris. Une période dont il ne garde aucun regret : "Paris pour moi, c’était un rêve, un rêve d’enfant que j’ai réalisé de là où je suis parti. Je n’ai aucun regret. J’y ai passé énormément de temps et vécu toutes les émotions possibles. Ça m’a aussi permis d’aller en équipe de France. Après, la politique a changé et les meilleurs sont arrivés. Si un attaquant peut dire qu’il peut concurrencer Zlatan Ibrahimovic, qu’il y aille ! Moi, j’étais lucide et j’ai dit : ok, il n’y a pas de souci. Merci au PSG de m’avoir donné la chance de connaitre ce niveau-là".

Aujourd'hui en Suissse, après un passage aux Girondins de Bordeaux raté, le joueur de 30 ans veut prendre du plaisir : "Je suis un aventurier, je suis parti en Chine alors, quand on m’a proposé la Suisse, why not !" Et de conclure : "Je suis dans un championnat où je joue le haut du classement et l’Europa League comme Lille ou Saint-Etienne en France. Ça correspond au top. Peut-être que j’ai fait le tour en France et que si je n’ai pas eu d’opportunités, mon profil et mon salaire posaient problème". Des paroles rares dans la bouche d'un footballeur pro.  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter