Hugo Lloris après France-Suède (2-1) : "Il ne faut pas tomber dans le confort"

Football
INTERVIEW – Détendu, souriant et lucide, Hugo Lloris a voulu retenir le résultat, plutôt que la manière, après la victoire (2-1) contre la Suède arrachée par l’équipe de France vendredi soir à Saint-Denis. Mais le gardien et capitaine des Bleus appelle ses partenaires à la vigilance.

LCI : Quelle analyse faites-vous de cette victoire ?

Hugo Lloris : Cela a été difficile jusqu’au bout. Il y avait un adversaire très bien organisé en face. Après, par rapport au scenario du match, on a montré beaucoup de caractère. A 0-1, on a su élever le niveau et retourner le résultat en notre faveur, notamment grâce à l’apport du public.

LCI : Souvent ces derniers mois, on a vu les Bleus réagir après avoir été menés ou malmenés…

Hugo Lloris : On peut toujours faire mieux ! Mais je n’ai pas trouvé notre première période si mauvaise que cela. On va dire qu'on s’est un peu cassé les dents sur la défense suédoise. On a eu du mal à mettre du rythme, à aller vite vers l’avant… On jouait un peu trop dans les pieds et il aurait fallu simplifier notre jeu de passes. Après, l’adversaire a le droit de bien jouer aussi. Le plus important, c’est vraiment de gagner, et encore plus à ce moment-là de l’année, où les organismes sont un peu fatigués.

LCI : Considérez-vous que vous avez pris une bonne option sur la qualification ?

Hugo Lloris : Dans une phase éliminatoire, l’essentiel est vraiment de battre nos adversaires directs. Face aux Pays-Bas ou ce (vendredi) soir à la Suède, on a pu se rendre compte que ce sont des adversaires de qualité. Le fait d’avoir une petite avance nous donne un avantage. Mais il ne faut pas tomber dans le confort parce que ça peut très vite tourner dans l’autre sens. On va encore devoir aller en Suède, ou même en Bulgarie. Il faut vraiment garder une régularité et être exigeant envers nous-mêmes.

LCI : Que se passe-t-il sur le coup franc que vous encaissez ?

Hugo Lloris : Je suis comme vous, moi non plus je n’ai pas compris (rires). Je suis un peu surpris sur le coup parce que c’est un ballon flottant : il a pris une direction avant de partir dans l’autre sens dès qu’il a dépassé le mur. Il suffit de faire un petit pas vers la droite pour être mis hors de portée du ballon. Je pense que le coup franc a été très bien tiré. Pour être honnête, je découvre ce tireur (Forsberg, ndlr). Voilà, je le saurai pour la prochaine fois. Il a la particularité de pouvoir faire flotter les ballons. Ce n’est pas donné à tout le monde et il nous a piégés aujourd’hui.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter