Thomas Tuchel au PSG : "Il est l'entraîneur parfait pour le football que Paris souhaite développer"

Thomas Tuchel au PSG : "Il est l'entraîneur parfait pour le football que Paris souhaite développer"

DirectLCI
QUI EST-IL ? - Officiellement nommé entraîneur du PSG, Thomas Tuchel reste méconnu des amateurs de football, en raison de sa faible expérience du haut niveau. LCI a demandé à Heiko Ostendorp, chef du football du site allemand SportBuzzer qui avait annoncé un accord entre les deux parties, de décrypter le personnage Tuchel.

La rumeur n'en est plus une. Thomas Tuchel est le nouvel entraîneur du PSG. Ce lundi après-midi, le club de la capitale a officialisé l'arrivée de l'ancien coach de Dortmund, érigé en priorité depuis plusieurs semaines pour succéder à Unai Emery. Sans club depuis son éviction du Borussia en mai 2017, à la suite de différends irrémédiables avec les dirigeants du BvB, l'Allemand de 44 ans, passé à Mayence puis Dortmund où il a remporté en 2017 la Coupe d'Allemagne, son seul titre majeur dans sa carrière d'entraîneur, a paraphé un contrat portant sur deux saisons avec les Parisiens, sacrés champions de France 2018. 


Au vu de son maigre palmarès, des doutes (légitimes) existent sur la capacité de l'ancien entraîneur du BvB a mené le PSG dans le dernier carré de la Ligue des champions, l'objectif suprême des dirigeants parisiens pour l'exercice à venir. Mais, souvent comparé à Pep Guardiola, son modèle, celui qui a été désigné meilleur technicien de Bundesliga lors de la saison 2010-2011 est surtout reconnu pour ses talents de tacticien de l'autre côté du Rhin. Au travail depuis la mi-avril pour le compte du PSG, l'ex-coach de Mayence a même refusé les avances répétées du Bayern Munich et d'Arsenal pour tenter la folle aventure parisienne. 

Bien informé sur le sujet depuis de nombreuses semaines, SportBuzzer avait annoncé début avril l'arrivée de l'Allemand pour deux saisons, plus une en option. Heiko Ostendorp, chef du football du site allemand, décrypte le personnage Tuchel, qu'il a rencontré à de multiples reprises. Pour lui, le nouvel homme fort du PSG peut révolutionner le club parisien, à condition d'avoir les mains libres et de trouver un terrain d'entente avec les dirigeants déjà en place.

En vidéo

REVIVEZ - PSG : de Neymar au départ d'Emery, une saison à rebondissements

LCI : Quel genre de coach est Thomas Tuchel ? Décrivez-le nous...

Heiko ONSTENDORP : Tuchel n'est pas une personne facile à décrire. C'est quelqu'un de très, très ambitieux, qui donne tous les jours ce qu'il a de meilleur en lui. Il a pour habitude d'être le premier sur le terrain d'entraînement et le dernier à le quitter. C'est un engagement personnel qu'il souhaite aussi voir chez ses joueurs. Sa vision du football est un mélange entre Pep Guardiola et Jürgen Klopp. Il change souvent de tactique durant un match, parfois trois à quatre fois. C'est un mix entre un football attractif, offensif et une défense solide. C'est un coach qui parle beaucoup avec les joueurs qui le suivent et peu avec ceux qui s'opposent à lui.

LCI : Comment a-t-il imposé sa patte lors de son passage au Borussia Dortmund ?

Heiko ONSTENDORP : À Dortmund, il a changé pas mal de choses. Les joueurs devaient arriver une heure avant le début de l'entraînement, ils devaient se saluer les uns et les autres et, une fois par semaine, un joueur désigné en amont devait préparer le petit-déjeuner pour le reste de l'équipe. Personne ne devait quitter la table tant que les autres n'avaient pas fini. Ce sont ce genre d'anecdotes qui montrent que les détails sont importants pour lui. C'est la même chose sur le terrain. Les joueurs avec qui j'ai pu discuter m'ont dit que Tuchel avait de nouvelles idées tous les jours. La séance d'entraînement du jour n'est jamais la même que la veille. Elles sont très longues et intensives. Il arrête souvent les entraînements quand quelque chose ne va pas. Chaque passe, chaque contrôle doit être parfait. Si ce n'est pas le cas, il peut exploser très vite. De ce côté-là, il est très proche de Guardiola, son exemple. D'ailleurs, il parle souvent avec lui, parfois des heures de tactiques et de football. La nourriture est aussi très importante pour lui. À Dortmund, il a fait virer le cuisinier et a interdit les pâtes aux joueurs après les matches. Il préfère quand il n'y a pas de sucre. Pour le satisfaire, le BVB a engagé un nouveau cuisinier qui cuisinait tous les jours des produits frais, beaucoup de poissons et des légumes.

Il déteste quand une personne n'a pas la même idée que luiHeiko OSTENDORP, journaliste allemand

LCI : Thomas Tuchel est connu pour être un coach intransigeant avec les équipes qu'il entraîne. Pensez-vous que cette méthode peut fonctionner au PSG ?

Heiko OSTENDORP : Il est intransigeant quand quelque chose ne va pas dans le sens qu'il souhaite. Il est le patron, celui qui donne la marche à suivre. Certains joueurs l'acceptent, d'autres non. Tuchel est plein d'assurance. Il pense que sa façon de faire est la meilleure. Au-delà de ça, il reste ouvert et s'inspire de ce qu'il voit ailleurs. Il parle avec des entraîneurs, des psychologues, des scientifiques et des experts venant d'un peu partout dans le monde. Ce sera très important de voir comment les autres dirigeants dans le club, le directeur sportif (Antero Henrique, ndlr) et le président, collaboreront avec lui. Ça été un gros problème à Dortmund. Il déteste quand une personne n'a pas d'idée ou n'a pas la même idée que lui.

LCI : Malgré son peu d'expérience au très haut niveau, est-il en mesure de gérer le vestiaire parisien et des superstars comme le sont Neymar et Mbappé ?

Heiko OSTENDORP : Ce ne sera pas un problème pour lui de travailler avec des superstars comme Mbappé ou Neymar. Il a déjà travaillé avec Pierre-Emerick Aubameyang, qui est une forte tête, un peu comme Neymar. Mais si quelqu'un exagère, il sera intransigeant. Aubameyang a été sorti de l'équipe deux fois. Une fois quand il est allé à Milan un jour avant un match, l'autre fois parce qu'il est arrivé plusieurs fois en retard aux entraînements. Habituellement, il aime travailler avec de grands joueurs comme Neymar ou Mbappé. Il est confiant sur le fait qu'il peut les rendre meilleurs et les pousser à un niveau supérieur. C'est ce qu'il a fait avec de jeunes joueurs au Borussia Dortmund, comme Julian Weigl.

Un gars vraiment sympa, pas aussi aigri qu'il en a parfois l'airHeiko OSTENDORP, journaliste allemand

LCI : Quel était l'état de ses relations avec la presse en Allemagne ?

Heiko OSTENDORP : Il n'y avait pas vraiment de relations intenses entre les journalistes et lui lors de son passage à Dortmund. Il ne donnait que rarement des interviews en tête-à-tête. Juste celles pour la télé qu'il était obligé de faire contractuellement. Au-delà de ça, il était toujours très sympathique et élégant pendant les matches ou les conférences de presse. En dehors du terrain, on pouvait aussi avoir de bonnes discussions avec lui. Tuchel, c'est un gars vraiment sympa, il n'est pas aussi aigri qu'il en a parfois l'air.

LCI : Pensez-vous qu'il a les épaules pour réussir au PSG, là où d'autres ont échoué ?

Heiko OSTENDORP : Je suis quasiment certain qu'il va faire du bon travail à Paris. Thomas Tuchel est l'un des meilleurs entraîneurs au monde, l'un des plus talentueux que nous connaissons. Je suis aussi persuadé qu'il a appris des erreurs qu'il a fait à Dortmund. Il est très intelligent. Il parle Français, ce qui va l'aider dans sa gestion au quotidien. Il est l'entraîneur parfait pour le football que le PSG souhaite développer. Comme je vous l'ai déjà dit, son plus gros challenge sera d'entretenir de bonnes relations avec le staff et les dirigeants, parce qu'il n'est pas facile à gérer. Mais quel grand entraîneur ne l'est pas ?

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter