Stéphanie Frappart, première arbitre de Ligue 1 : "Elle est sérieuse et juste dans ses décisions"

Football
PIONNIÈRE - Retenue pour la Coupe du monde cet été en France, Stéphanie Frappart va devenir la première femme à diriger une rencontre de Ligue 1, dimanche lors de la rencontre Amiens-Strasbourg. Le milieu de terrain de l'US Orléans, Pierre Bouby, qui la côtoie régulièrement sur les terrains de Ligue 2, livre à LCI son regard sur l'arbitre internationale.

Pour la première fois, une femme va diriger un match de Ligue 1. À moins de deux mois du coup d'envoi du Mondial féminin en France, Stéphanie Frappart va arbitrer la rencontre de la 34e journée du championnat de France opposant Amiens à Strasbourg, qui se déroule dimanche (à 15h) au stade de la Licorne. Si Nelly Viennot a officié le long de la ligne de touche pendant une dizaine d'années, jamais une femme n'avait été désignée comme arbitre centrale d'un match de première division en France.


Avant les premiers coups de sifflet de Stéphanie Frappart dans l'élite du football français, moins de deux ans après les débuts en septembre 2017 de l'Allemande Bibiana Steinhaus sur les pelouses de Bundesliga, LCI a interrogé Pierre Bouby, joueur de l'US Orléans, qui a déjà été dirigé par l'arbitre de 35 ans originaire du Val-d'Oise. Une récompense "méritée", selon lui, pour celle qui officie en Ligue 2 depuis quatre saisons et demi et qui a été retenue pour participer à la prochaine Coupe du monde, du 7 juin au 7 juillet.

Elle mérite ce qui lui arrivePierre BOUBY, milieu de l'US Orléans

LCI : Avez-vous été surpris d'apprendre que Stéphanie Frappart allait arbitrer en Ligue 1 ?

Pierre BOUBY : Il y a quelques mois, on m'avait déjà interrogé à son sujet. Je l'avais présentée comme la meilleure arbitre de Ligue 2. J'avais même dit que j'étais sûr qu'elle allait officier en Ligue 1. Elle suit un cursus normal par rapport à ce qu'elle démontre chaque week-end. On s'est côtoyé à plusieurs reprises sur les pelouses de Ligue 2. À chaque fois qu'elle a arbitré mon équipe, j'ai toujours gagné donc forcément elle m'a fait bonne impression. (rires) Honnêtement, elle mérite ce qui lui arrive.


LCI : Vous la connaissez donc bien. Quel genre d'arbitre est-elle ? 

Pierre BOUBY : Elle a du charisme et de la personnalité mais ce n'est pas quelqu'un qui cherche à se mettre en avant. Elle est là pour tenir son match. C'est une arbitre sérieuse et juste dans ses décisions. Elle est objective. C'est aussi une personne diplomate et bonne dans le dialogue. Elle utilise les bons mots, elle prend le temps d'expliquer. Elle n'est jamais dans le conflit. Il y aussi quelque chose de bon dans son regard. Elle ne prend jamais les joueurs de haut. Il y a un respect mutuel entre nous. Peut-être que c'est ça qui fait que je suis moins agressif quand elle se trompe. Je la trouve tout simplement compétente dans ce qu'elle fait. Elle l'est certainement plus que quelques arbitres masculins qui officient déjà en Ligue 1.

En vidéo

VIDÉO - Football : ces femmes qui ont arbitré des hommes

C'est la compétence qui vaut le siège, rien d'autrePierre BOUBY, milieu de l'US Orléans

LCI : Être une femme arbitrant des hommes entraîne souvent des remarques sexistes...

Pierre BOUBY : Depuis que Stéphanie Frappart arbitre en Ligue 2, je n'ai jamais entendu d'attaques à son encontre disant "vas-y tu ne comprends rien, retourne à la cuisine." La compétence est et doit être le premier facteur pour déterminer si l'arbitre au milieu de la pelouse ou sur la touche mérite d'être là. Honnêtement, avoir une femme arbitre, c'est quelque chose de bénéfique pour le football. Dans la diplomatie et la manière d'aborder les conflits, c'est différent. C'est le ressenti que j'ai. C'est aussi une bonne chose au vu de ce qui est en train de se créer autour du foot féminin. Je le redis, pour moi, c'est la compétence qui vaut le siège, rien d'autre. À partir du moment où tu es compétent, tu as ta place.


LCI : Pensez-vous qu'elle va réussir son "examen de passage" en Ligue 1 ?

Pierre BOUBY : Elle va faire son match comme toujours. Elle a les épaules pour y arriver. De la Ligue 2 à la Ligue 1, c'est juste l'exposition médiatique qui change. Selon moi, c'est même peut-être plus simple d'arbitrer en Ligue 1 parce qu'il y a le VAR (l'assistance vidéo à l'arbitrage, ndlr) et que les joueurs savent qu'ils sont filmés. Il n'y a pas de doute sur le fait que ça va très bien se passer, j'en suis sûr. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter