J-100 avant le Mondial :  à Rio, des habitants se font justice eux-mêmes

J-100 avant le Mondial : à Rio, des habitants se font justice eux-mêmes

Football
DirectLCI
REPORTAGE - Excédés par les vols à l'arraché qui se multiplient, des habitants des quartiers favorisés de la "Ville Merveilleuse" réagissent en s'attaquant aux délinquants. La semaine dernière, le lynchage d'un jeune qui venait de voler un portable a été évité de justesse.

La situation aurait vite pu dégénérer. La semaine dernière, alors qu'il venait d'arracher le portable des mains d'une jeune femme, dans le quartier aisé de Botafogo , un adolescent de 17 ans a été pourchassé et attaché par des passants. Le jeune aurait aussi été menacé et frappé par un groupe de riverains, avant que d'autres ne s'interposent.

"Lorsque je suis arrivée, peu de temps après qu'ils l'aient attrapé, j'ai vu un homme essayer de mettre le voleur dans son coffre. (…) Je lui ai dit que j'allais le dénoncer", a confié une voisine au journal carioca O Globo . Arrivée sur place vingt minutes après, la police a d'abord emmené l'adolescent à un poste de secours pour soigner une blessure à l'arcade sourcilière. Personne n'a été arrêté.

Des rondes nocturnes effectuées par des habitants

Un cas similaire avait déjà fait grand bruit à Flamengo, quartier jouxtant celui de Botafogo. Fin janvier, un adolescent de 15 ans, responsable de vols, a été retrouvé dénudé, blessé à la tête et attaché par le cou à un poteau avec un antivol. Aux policiers, il a raconté avoir été poursuivi puis frappé par trente jeunes alors qu'il marchait. Arrêtés trois jours plus tard, quatorze habitants de Flamengo, rapidement mis hors de cause, ont cependant admis participer à des rondes nocturnes pour renforcer la sécurité dans leur quartier.

Pourtant, ces zones de Rio sont réputées tranquilles. "Mon quartier est sûr", affirme Ana, habitante de Botafogo depuis plus de dix ans. "Je n'ai pas peur lorsque je marche dans la rue", soutient Olivia, jeune productrice qui vit à Flamengo depuis plusieurs mois. "Mais la semaine dernière, devant le métro, un garçon à vélo a obligé ma colocataire à lui donner son portable. Avec ce genre d'histoires, je fais attention."

Une augmentation des vols avec agression

De fait, et même si la reprise en main par les forces de l'ordre dans les favelas a fait baisser le taux d'homicides de plus de 40% dans la "Ville merveilleuse",  Flamengo, comme l'ensemble de la ville de Rio, a connu une hausse des vols depuis un an, et notamment des "vols de rue", ce qui excède les Cariocas.

Suite à l'affaire de l'adolescent attaché à un poteau, la ville s'est engagée, début février, à déployer 250 agents de police et responsables sociaux supplémentaires dans les quartiers favorisés. Ironie du sort, le jeune a été arrêté trois semaines plus tard, après avoir essayé de voler des touristes à Copacabana.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter