"J'ai toujours pris exemple sur lui" : avant d’affronter son père pour la toute première fois, Enzo Zidane se confie

"J'ai toujours pris exemple sur lui" : avant d’affronter son père pour la toute première fois, Enzo Zidane se confie

JE SUIS TON FILS – Pour la première fois de sa jeune carrière, Enzo Zidane, transféré à Alavès cette saison, s’apprête à affronter, samedi en Liga, son club formateur, le Real Madrid, entraîné par son père Zinedine. L’occasion pour lui de s’épancher publiquement. Une rareté.

Certains footballeurs professionnels ont déjà vécu beaucoup de choses à l’âge de 22 ans. Enzo Zidane, lui, sans doute parce qu’il s’appelle Zidane, a été préservé, suivant un parcours très linéaire, et relativement paisible, au Real Madrid, couvé par son entraîneur de père, Zinedine. Mais cette saison, ça y est, l’aîné des quatre fils du plus grand joueur de l’histoire du football français a quitté le nid. 

Transféré au Vitoria Alavès, modeste club de la seconde milieu de tableau de la Liga espagnole (l'équipe est d'ailleurs actuellement dernière du Championnat), il compte désormais voler de ses propres ailes et s’imposer comme un titulaire au sein d’une équipe de 1re division. Ce samedi, à 16h15, se présente un premier tournant, avec la réception… du Real Madrid.

J'ai toujours pris exemple sur mon père, sur plein de choses, sur tout.- Enzo Zidane

"Ça va être bizarre. C’est le club de ma vie, le club dans lequel je joue depuis que j’ai 8 ans. J’y ai joué dans toutes les catégories d’âges. Ce sera un match très spécial, quelque chose de rare, mais c’est une bonne chose", a consenti à déclarer, à cette occasion particulière, Enzo Zidane, qui a toujours fui les médias jusqu’alors. 

Dans une vidéo mise en ligne sur le site officiel du Vitoria Alavès, il affirme aussi, sourire au coin des lèvres, vouloir "prendre un point" à l’équipe entraînée par son père, dans un mélange d’humilité et de diplomatie vis-à-vis de son ancien cocon. Où il trouvait un certain "confort", avec  "toujours les mêmes personnes, les mêmes installations"...

Lire aussi

Sur Alavès, où il a signé cet été, il dit : "J’ai été très chanceux d'être tombé dans un club qui m’a très bien accueilli et aidé. C'est important pour un joueur qui change de vie, parce que je n’ai jamais vécu loin de ma famille, de mes frères. Ce sont des moments difficiles dans une vie mais qui ne l’ont finalement pas été parce que mon intégration a été très bonne." 

Car oui, Enzo Zidane insiste sur ce point, il est vraiment très famille : "Depuis que je marche, je joue au football. On a toujours eu un ballon à la maison et on a toujours joué partout, dans le jardin, dans la rue avec les copains. On a toujours fait de la compétition. Nous sommes quatre frères, on est très unis, on passe beaucoup de temps ensemble à jouer, et personne n’aime perdre, ce qui a donné de bons moments… On aime tous la même chose : le football", lâche-t-il, (déjà) nostalgique.

En vidéo

Dans Téléfoot, Zidane, à coeur ouvert, parle de sa carrière et de sa famille

Sans surprise, donc, quand on lui demande qui est son modèle dans le football, il répond : "C’est clairement mon père. Il a toujours été un exemple. Il a été un grand footballeur et je prends toujours exemple sur lui, sur plein de choses, sur tout." Puis il ajoute, comme pour revenir dans le temps présent : "J’admire aussi Luka Modric, il a quelque chose de différent, qui rend le football magnifique." Il sera aux premières loges, samedi, pour voir le milieu croate du Real. Il l'aura en face de lui. Mais il devra, cette fois, tout faire pour atténuer son rayonnement.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 62 blessés parmi les forces de l'ordre, 81 interpellations

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Lire et commenter