Jean-Pierre Papin : "Le plus malheureux au PSG, c'est Edinson Cavani"

Jean-Pierre Papin : "Le plus malheureux au PSG, c'est Edinson Cavani"
Football

INTERVIEW - Qu'arrive-t-il donc à Edinson Cavani ? Encore à la peine dimanche soir face à Monaco (1-1), l'Uruguayen enchaînait pourtant une quatrième titularisation en pointe, son poste de prédilection, en l'absence de Zlatan Ibrahimovic. Pour l'entraîneur du PSG, Laurent Blanc, son attaquant est en "crise de confiance, des périodes que tous les buteurs traversent". Metronews a donc sondé Jean-Pierre Papin, illustre n°9, pour qu'il nous livre son avis sur les états d'âme du Matador. Un avis inattendu.

Qu'est-ce qui cloche au juste avec Edinson Cavani ?
Par rapport à ce que je vois sur le terrain, j'ai surtout l'impression que c'est un garçon qui n'est pas bien dans sa peau.

Est-ce spécifiquement une crise de confiance liée à son poste d'attaquant et à son inefficacité ?
Une crise de confiance ? On peut résumer tous ses problèmes avec ces trois mots, oui. C'est sans doute un garçon qui a besoin de son environnement familial mais les choses sont devenues compliquées aujourd'hui. Pour avoir aussi vécu un divorce difficile, je peux vous dire que c'est le genre de choses qui peuvent vous plomber si vous n'avez pas un groupe très soudé autour de vous.

Concrètement, comment peut-il faire pour s'en sortir ?
Il faut qu'il remarque des buts très vite.

C'est tout ?
Je crois qu'il digère très mal son divorce. Mais cela ne suffit pas à expliquer ses prestations en match. C'est quelque chose qui arrive à beaucoup d'hommes. Ce n'est jamais facile. J'ai connu beaucoup de joueurs à qui c'est arrivé et ça s'est toujours passé de la même manière. Si, mentalement, tu n'es pas à 200% chaque fois que tu joues un match, surtout à ce niveau, ça devient difficile...

Mais cela fait bientôt un an...
Ce genre de choses prend du temps... Ça peut même vous flinguer au bout d'un moment. Quand on ne l'a pas vécu, on a beaucoup de chance. Il faut que ses amis soient très attentifs et attentionnés autour de lui. Et, à l'entraînement, il faut qu'il retrouve vite le plaisir de marquer des buts. Pour le retrouver aussi en compétition. Le travail technique devant le but durant la trêve internationale préconisé par Laurent Blanc est un remède possible.

Pour son sélectionneur, le problème est aussi physique. Pourtant, il multiplie les courses aux entraînements et en match. Est-ce crédible ?
Vous savez, chacun est là pour défendre sa chapelle. Le plus malheureux dans cette histoire, c'est Edinson Cavani. Parce que lui est le mieux placé pour savoir qu'il est capable de beaucoup mieux. Pourtant, la solution, c'est lui, en grande partie, qui doit la trouver, même s'il n'est pas bien. Ce sera très compliqué. Mais le jour où il marquera de nouveau, je pense que ça va très vite s'arranger.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent