Jérôme Ducros (Luzenac) : "Ce qu'a fait monsieur Thiriez est illégal"

Jérôme Ducros (Luzenac) : "Ce qu'a fait monsieur Thiriez est illégal"

JUSTICE – Non, le petit club de Luzenac n'a toujours pas abandonné le combat. Rétrogradé en DRH cet été alors qu'il aurait dû intégrer la L2 d'un point de vue des résultats sportifs, le LAP dénonce via son président Jérôme Ducros les démarches "illégales" de Frédéric Thiriez, son homologue de la LFP.

N'en déplaise à la LFP, le Luzenac Ariège Pyrénées (LAP) n'est toujours pas disposé à accepter son (triste) sort. Depuis le début du mois de septembre, le club rétrogradé en septième division française (DRH) se fait certes discret dans la presse. Mais n'allez pas y voir le symbole d'une résignation. Malgré une bataille juridique qui dure depuis près de sept mois, malgré les refus successifs des instances françaises (FFF, LFP, DNCG, CNOSF, tribunaux administratifs), Jérôme Ducros est toujours déterminé à réparer ce qu'il considère comme une immense injustice.

LIRE AUSSI >> Pas reversé en National, Luzenac baisse le rideau

"Je continuerai à me battre pour que justice soit faite, a déclaré le président du club aux journalistes de L'Equipe. Je suis né avec le LAP, je reviendrai ou je mourrai avec le LAP." Deuxième du National la saison passée, le club ariégeois estimait légitime de pouvoir intégrer la Ligue 2 cet été. C'était sans compter la détermination de la Ligue de football professionnel et de la Fédération française de football.

"Ce qu'a fait M. Thiriez, le président de la Ligue, pour nous écarter, est illégal, affirme Ducros. Chaque fois qu'on a surmonté avec succès un de ses arguments, ce qui m'a valu entre autres de renflouer les comptes du LAP par 700 000 euros, la Ligue nous a contrés en avançant un nouvel argument. Après les comptes, il y a eu l'éclairage, le terrain, sa disponibilité, la sécurité. En droit français, on appelle cela une accusation à tiroirs et c'est strictement interdit." Et le dirigeant de tacler également la FFF : "M. Le Graët, son président, nous a pris pour des jambons. Aucun texte ne dit dans le règlement de la FFF qu'un club ne peut pas réintégrer le championnat de la saison précédente, même après cinq journées disputées."

Des dizaines de millions d'euros réclamés

La nouvelle démarche des dirigeants du LAP, épaulés par Me Christophe Bertrand, consiste donc à se retourner contre la LFP mais aussi contre la FFF. Le 4 décembre dernier, Ducros a en outre enclenché une procédure dite de plein contentieux, "en indemnisation sur des actions qu'il estime fautives à l'égard du club", explique l'avocat. Ce dernier révèle notamment comme irrégularité "la décision par le conseil d'administration de la Ligue du 10 juillet d'intégrer Châteauroux alors que le LAP ne sera exclu de la L2 que le 8 août, sur décision d'un autre conseil d'administration de la LFP."

LIRE AUSSI >> Quentin Westberg : "On va aller pointer à Pôle Emploi"

Et le préjudice subi par le club, actuellement 4e de son groupe en DRH, s'estime "à plusieurs dizaines de millions d'euros" selon Ducros : "Ils ont volé mon fonds de commerce. Je leur demande de me rendre ce qui m'appartient en l'évaluant sur le marché de la L2. Pour évaluer le vol d'une entreprise, il suffit de prendre le système Goodwill. Dans notre cas, c'est entre trois et dix ans de chiffre d'affaires moins le passif, qui était à zéro. Sur la base de 6 à 10 millions pendant cinq ans au moins, faites le calcul."

"Je n'imaginais pas que le football français était aussi sale"

Le président de Luzenac reste déterminé à sauver son club malgré une impression d'avoir été "violé et cocufié. Plus les semaines défilent, plus ce sentiment s'aggrave quand je vois ce qui se passe aujourd'hui à Lens, Valenciennes, Nîmes ou Caen. Fabien Barthez avait raison. Le football français n'est pas propre, mais je n'imaginais pas qu'il était aussi sale. Notre échec à nous est la conclusion d'un minage en règle."

Un minage duquel Ducros espère enfin pouvoir sortir avec gain de cause : "Si nous n'avons pas répondu en son temps aux courriers de la Fédération, c'est que nous étions en pleine procédure avec la LFP. La Fédération a commis une autre faute. Sa DNCG commission d'appel du 3 juillet s'est fourvoyée en confirmant le refus de la DNCG de la Ligue du 5 juin. Or, le 1er août, un référé du tribunal administratif a infirmé ces décisions. Si nous gagnons, nous pourrions à nouveau être sur la ligne de départ, au minimum en National, pour la saison 2015-2016." Le combat est loin d'être terminé.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

Vaccination : adultes non prioritaires, on vous explique comment prendre rendez-vous dès à présent

Traque dans les Cévennes : un homme armé toujours en fuite après un double meurtre

EN DIRECT - Israël/Palestine : le Hamas affirme avoir lancé 130 roquettes vers Tel Aviv

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.