"José Mourinho n'était pas mon ami", avoue (enfin) Cristiano Ronaldo

"José Mourinho n'était pas mon ami", avoue (enfin) Cristiano Ronaldo

CLASH - Cristiano Ronaldo n'avait encore jamais pris la peine de répondre publiquement aux attaques de José Mourinho. C'est désormais chose faite.

Leur collaboration au Real Madrid a duré trois ans, de 2010 à 2013. Au départ, on pensait que les deux plus grandes stars portugaises de leur époque, conseillées par le même agent, l'omnipotent Jorge Mendes, étaient faites pour s'entendre. Mais, au fil du temps, la froideur a dégénéré en conflit larvé, avant d'exploser en plein vestiaire dans les derniers mois, lors d'un quart de finale de Ligue des champions face à Galatasaray. Depuis, c'est la guerre des egos. Une guerre pernicieuse où seul José Mourinho avait osé attaquer Cristiano Ronaldo publiquement... Jusqu'à ce dimanche.

Ronaldo préfère Ferguson et Ancelotti

"Il y avait une mauvaise atmosphère à cette époque", a finalement daigné reconnaître le Ballon d'or 2013, dans des propos relayés par The Sun, après de longs mois passés à étaler son ignorance comme unique marque de mépris. "Il est clair que Mourinho ne fait pas partie de mes amis, a-t-il repris. De toute façon, de tous mes managers, le seul avec qui j’ai noué des liens d'amitié est Sir Alex Ferguson (son coach à Manchester United de 2003 à 2010, ndlr). Mais je ne suis pas là pour me faire des amis. Je suis là pour gagner." Rappelons, tout de même, qu'il avait qualifié Carlo Ancelotti de "meilleur entraîneur côtoyé durant (sa) carrière". À peine deux mois après que l'Italien a succédé au Portugais à Madrid...

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

EN DIRECT - Covid-19 : Castex suspend "jusqu'à nouvel ordre" les vols entre le Brésil et la France

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

"Sofagate" : la mise en garde d'Ursula von der Leyen à Charles Michel

Lire et commenter