Ronaldinho retrouve la liberté après cinq mois de détention au Paraguay

Ronaldinho souriant lors de son audience au tribunal d'Asunción, au Paraguay.
Football

JUSTICE - Un magistrat paraguayen a décidé lundi de remettre en liberté l'ancien footballeur Ronaldinho. Le Ballon d'Or 2005, soupçonné d'usage de faux documents officiels, devra s'acquitter d'une amende.

Ronaldinho a retrouvé la liberté. Venu au Paraguay le 4 mars dernier, pour faire la promotion d'un livre et participer à une opération de bienfaisance, l'ancien footballeur avait été arrêté deux jours plus tard, accusé d'être en possession d'un passeport falsifié. Il avait été libéré sous caution le 7 avril, après un mois passé en prison. L'ex-Milanais, qui a fêté ses 40 ans le 21 mars, était depuis assigné à résidence à l'hôtel Palmagora, dans le centre d'Asunción. Cinq mois plus tard, le Brésilien a été remis en liberté lundi 24 août, écopant d'une amende de 90.000 dollars (76.000 euros environ) pour "dommage à la société". 

Coiffé d'un béret noir, vêtu d'une chemise de la même couleur et d'un jean, "Ronnie" s'est présenté lundi devant le magistrat devant statuer sur son sort. L'audience, qui aura duré trois heures, a été retransmise à la télévision paraguayenne. Ronaldo de Assis Moreira, de son vrai nom, est désormais "libre de voyager dans le pays du monde qui (lui) plaira, mais il devra faire savoir s'il change d'adresse permanente" pendant une période d'un an, a indiqué le juge. "Dorénavant, la mesure de privation de liberté est levée. (Ronaldinho) n'est soumis à aucune restriction, sauf celle de la réparation des dommages à la société."

Lire aussi

Une sentence pour l'un, un sursis pour l'autre- Gustavo Amarilla, le magistrat en charge du dossier

À l'issue du délibéré, l'ancien joueur du PSG et du Barça a indiqué "accepter" la proposition du parquet d'une "suspension conditionnelle de la procédure" puisque la sanction envisagée ne dépasse pas deux ans. Le magistrat Gustavo Amarilla a par ailleurs également accordé la remise en liberté à son frère et représentant, Roberto de Assis Moreira, également détenu. Il a en revanche été condamné à deux ans de prison avec sursis, au paiement d'une amende de 110.000 dollars (93.000 euros environ) et à l'obligation de se présenter tous les quatre mois devant un juge brésilien pendant deux ans.

"C'est une sentence pour l'un (Roberto de Assis Moreira) et un sursis pour l'autre (Ronaldinho). La défense elle-même s'est ralliée à cette sortie judiciaire", a résumé le juge. Un des procureurs, Marcelo Pecci, a rappelé devant la presse que les deux hommes avaient commis un "délit d'utilisation de documents publics au contenu faux", qualifiant ce délit de "très grave". 

L'enquête n'a trouvé aucune preuve (contre eux)- La défense du clan Ronaldinho

Dans un communiqué, la défense de Ronaldinho et de son frère a indiqué que les deux Brésiliens avaient collaboré à l'enquête depuis le début. "Ils ont montré les documents paraguayens aux autorités de l'immigration en les croyant authentiques. (...) L'enquête n'a trouvé aucune preuve de l'implication des deux frères dans du blanchiment d'argent ou dans une association criminelle", a-t-elle assuré. "Nous demandons instamment à l'accusation d'agir sur les responsables" de cette affaire.

Une vingtaine de personnes ont déjà été arrêtées dans le cadre de cette affaire. Il s'agit pour la plupart de fonctionnaires des services d'immigration ou des policiers. Dalia Lopez, la femme d'affaires qui a géré le voyage de l'ancien footballeur, est toujours activement recherché. Alors que l'enquête continue, des sources au sein de la défense ont indiqué que Ronaldinho et Roberto rentreront dès que possible au Brésil à bord d'un vol privé, une fois les autorisations correspondantes obtenues. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent