Kevin Gameiro après France-Bulgarie (4-1) : "Avec Antoine Griezmann, c’est naturel, ça ne s'explique pas"

DirectLCI
INTERVIEW – Le héros du match France-Bulgarie (4-1) de vendredi soir avait encore les yeux qui brillaient au moment de venir répondre à nos questions après la rencontre. Humble et ambitieux, Kevin Gameiro a poursuivi l’opération séduction débutée avec succès sur le terrain du Stade de France.

LCI : Alors heureux ?

Kevin Gameiro : Oui, heureux pour l’équipe et pour mes deux buts. Il faut savoir savourer ces moments-là. Je suis très content ce soir.

LCI : Pensez-vous avoir marqué des points aux yeux du sélectionneur ?

Kevin Gameiro : Oui, j’ai fait ce qu’on m’a demandé de faire. J’ai fait un bon match, en étant performant devant mais aussi défensivement. Je dois continuer à faire mon travail, et à prendre ce qu’il y a à prendre. Quand le sélectionneur te donne du temps de jeu, il faut te donner à fond. C’est ce que j’ai fait.

LCI : Le premier but vous a-t-il libéré ?

Kevin Gameiro : Oui, surtout que j’ai été la chercher (grand sourire). Ce n’était pas facile, avec ma petite taille (il se marre). Un attaquant a besoin de marquer pour être libéré, pour la suite du match, et pour tous les autres. Maintenant, c’est important de ne pas se relâcher. Il y a encore un match très important lundi.

LCI : Qu’est-ce que cela change d’avoir Antoine Griezmann à côté de vous en sélection ?

Kevin Gameiro : On va dire que nos habitudes se retrouvent en équipe de France aussi. Mais ça fait très peu de temps qu’on se connaît. Juste deux mois. On essaie de travailler ensemble, de se chercher et de combiner. On a vu que ça marchait. On va continuer comme ça. C’est bien pour nous, pour notre club (l'Atlético de Madrid, ndlr) et pour la sélection.

LCI : Pourquoi ça marche entre vous ?

Kevin Gameiro : Je ne sais pas, c’est naturel. On a un style de jeu un peu similaire. On est deux petits gabarits qui aiment jouer au ballon. Moi j’aime plus prendre les espaces, lui est beaucoup plus technique. Et voilà... C’est naturel, il n’y a pas d’explication.

LCI : Vous n’avez plus été titulaire en équipe de France depuis cinq ans, est-ce que vous vous êtes dit que vous jouiez gros sur ce match ?

Kevin Gameiro : Non, franchement, j’ai 29 ans maintenant. J’ai pris de la maturité, un peu plus d’expérience aussi. Aujourd’hui je sais simplement que, quand on fait appel à toi, c’est le moment d’être performant. Je l’ai été, tant mieux pour moi.

LCI : Il y a quand même une place à prendre en pointe, non ?

Kevin Gameiro : (il baisse les yeux, gêné) Ecoutez, on verra ce qu’il se passera. Moi, je prends juste le temps de jeu qu’on me donne.

LCI : Lundi aux Pays-Bas, ce sera le premier sommet de ce groupe…

Kevin Gameiro : Oui, ce sera un très gros match, à l’extérieur. Si on veut se qualifier pour le Mondial, il faudra aller chercher la victoire, et ne pas avoir de regrets.

LCI : Un dernier mot sur vos émotions, qu’avez-vous ressenti au Stade de France ce (vendredi) soir ?

Kevin Gameiro : Je suis très fier d’avoir pu y marquer. C’est vraiment beaucoup de joie.

VIDÉO - Kévin Gameiro : avec Antoine Griezmann, "on a une complicité en dehors et sur le terrain"

En vidéo

Kévin Gameiro : avec Antoine Griezmann, "on a une complicité en dehors et sur le terrain"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter