Gameiro n° 9 titulaire des Bleus ? Guivarc’h, lui, vote Gignac...

Gameiro n° 9 titulaire des Bleus ? Guivarc’h, lui, vote  Gignac...
Football

INTERVIEW – Olivier Giroud forfait et Karim Benzema sur la touche, l’identité du titulaire à la pointe de l’attaque des Bleus, vendredi face à la Bulgarie, puis lundi aux Pays-Bas, fait débat. La dernière tendance indique que Kévin Gameiro tient la corde. Mais Stéphane Guivarc’h, le n°9 de l’équipe de France championne du monde en 1998, invite son ancien coéquipier Didier Deschamps à donner sa chance à André-Pierre Gignac.

LCI : Alors, plutôt Kévin Gameiro ou André-Pierre Gignac à la pointe de l’attaque des Bleus ?

Stéphane Guivarc’h : La doublure de Giroud à l’Euro, c’était Gignac. Donc la logique voudrait que ce soit Gignac qui joue. Gameiro revient après plusieurs années d’absence en équipe de France (cinq ans, ndlr). Ses performances sont bonnes et il mérite de réintégrer ce groupe France. Mais s’il y a une logique à suivre, c’est justement la logique de groupe.

LCI : La complicité de Gameiro avec Griezmann à l'Atlético de Madrid ne doit-elle pas faire pencher la balance en sa faveur ?

Stéphane Guivarc’h : Mais on ne peut pas faire passer Gignac de doublure à n°3 simplement parce que Giroud n’est pas là ! Forcément, les automatismes comptent, mais Griezmann et Gameiro ne jouent ensemble que depuis le début de la saison. Il ne faut pas tout remettre en cause non plus. De toute façon, Didier a le recul nécessaire pour faire les choix justes.

LCI : Au dernier match, en Biélorussie, il a fait entrer Gameiro en jeu plutôt que Gignac, qui a été un peu décevant à l’Euro…

Stéphane Guivarc’h : Vous savez, dans le foot, on vit toujours des moments un peu plus difficiles. Surtout, quand on est cantonné au rôle de remplaçant, on est irrité. Et puis qu’est-ce que vous voulez prouver en seulement dix minutes ou un quart d’heure ? Ça va tellement vite. Il faut quand même voir ce qu’il peut donner sur une heure et demie. Gignac mérite de pouvoir montrer sa valeur. Là, on se pose la question parce que Giroud n’est pas là, mais s’il avait été là, on ne se la poserait même pas.

France-Bulgarie : revivez le traumatisme de novembre 1993

En vidéo

France-Bulgarie : revivez le traumatisme de novembre 1993

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent