La Marseillaise sifflée lors du match Turquie-France : "Inacceptable" pour Macron, "pas d'incident" selon la FFF

Football
RESPECT - Battus samedi par la Turquie 2-0, les Bleus ont aussi dû faire face à un public turc hostile. La Marseillaise a été copieusement sifflée par une partie des supporters. "Inacceptable" pour Emmanuel Macron.

Une ambiance pour le moins hostile. Samedi soir, les joueurs de l'équipe de France affrontaient la Turquie au stade municipal de Konya. Un match qui s'est soldé par une sèche défaite pour les Bleus, copieusement sifflés par le public turc et ce dès leur échauffement sur la pelouse.  Ces derniers n'ont pas hésité à siffler et huer la Marseillaise juste avant le début de la rencontre. Un comportement qui a provoqué l'indignation en France. 

"Inacceptable" pour Macron

"Inacceptable" pour Emmanuel Macron. "Le président de la République s'est ému que l'hymne soit sifflé" , a indiqué l'Elysée à LCI. Emmanuel Macron a fait savoir son indignation à Noël Le Graet pour qu'il saisisse l'UEFA. "Il ne pouvait pas laisser un symbole de la république se faire huer et donc l’a fait savoir aux autorités compétentes.", indique encore l'Elysée à LCI. 


Dans un tweet posté dès le début du match, Marine Le Pen avait, elle évoqué "une honte, un affront et l'inverse des valeurs de fair-play." La présidente du Rassemblement national en a appelé à la FIFA pour sanctionner la fédération de football turque pour ce qu'elle qualifie être un "manque de respect du public turc." Même propos de la part de Jordan Bardella. Le nouveau député européen déplore une attitude "indigne [...] Assez de se faire marcher dessus impunément !" tout en réclament lui aussi des sanctions.  Ancien membre du Front national, Florian Philippot s'est lui aussi fendu d'un bref tweet, une "honte" selon lui.  

Du côté des Républicains, la députée des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer parle également d'une "attitude indigne de la part de la Turquie !" Invitée sur le plateau du Grand Jury LCI/RTL/ Le Figaro, Valérie Pécresse demande quant à elle à la FIFA de prendre ses responsabilités et d'interdire l'accès au stade aux supporters sifflant l'hymne national adverse. 

La FFF relativise

A l'instar de plusieurs acteurs du monde du football, le président de la Fédération française de football Noël Le Graët a voulu relativiser l'événement. "Pour moi, il n'y a pas d'incident", a-t-il estimé lundi 10 juin sur France Info. "C'est regrettable", a-t-il toutefois convenu, ajoutant que "les dirigeants [de la fédération turque] étaient gênés" par ces sifflets. Présent sur place, le journaliste de L'Equipe Bilel Ghazi a précisé que "les groupes ultras regroupés dans l'un des deux virages [ont réclamé] l'arrêt des sifflets, grands gestes des bras à l'appui. [...] La première indignation de ces sifflets, elle est venue de la majorité du public turc".

"Peinée", la fédération turque de football a présenté ses "excuses" à la FFF, tout en précisant que La Marseillaise ne faisait pas exception en étant la cible des huées de certains supporters et que ces derniers n'avaient pas particulièrement la France dans le viseur.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter