Lâché par la FFF, Benzema reçoit le soutien du Real Madrid

Football
DirectLCI
DANS LA TOURMENTE – Tout proche d'être lâché par la Fédération française de football, Karim Benzema, mis en examen dans l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena, a tout de même reçu le soutien de Florentino Perez, le président du Real Madrid.

La France a lâché Karim Benzema, mais pas l'Espagne. Impliqué et mis en examen pour "complicité de tentative de chantage" dans l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena, l'attaquant du Real Madrid traverse certainement la période la plus compliquée de sa carrière de footballeur. Alors que 82% des Français ne souhaitent pas revoir Karim Benzema en équipe de France d'après un sondage Elabe pour RMC/BFM TV, la Fédération française de football semble également en passe de satisfaire la cause populaire.

Longuement soutenu par Noël Le Graët au début de cette affaire, l'international français âgé de 27 ans devrait être rapidement fixé sur son avenir chez les Bleus qui s'annonce plus que jamais bouché. En effet, le comité exécutif de la FFF se réunira jeudi prochain afin d'évoquer, en partie, le futur de Karim Benzema sous le maillot de l'équipe de France et le président de la FFF devrait notamment informer les membres du "comex" d'une décision importante, d'après L'Equipe.

Une suspension provisoire chez les Bleus pour Karim Benzema ?

Une mise à l'écart de l'équipe de France du joueur originaire de Lyon sous forme de suspension provisoire, en attendant que la justice livre son verdict, est une des sanctions envisagées par la Fédération française de football selon Le Parisien. Depuis une semaine, Noël Le Graët se montre très discret médiatiquement sur ce dossier épineux et le fait qu'il convie la presse jeudi prochain afin de répondre "à toutes les questions d'actualité" n'est pas de nature à rassurer Karim Benzema.

En attendant, du côté de l'Espagne, on continue de soutenir l'attaquant du Real Madrid contre vents et marées. Le président Florentino Pérez, a pris la défense de son joueur en conférence de presse, en insistant sur son droit à "la présomption d'innocence" et en fustigeant ceux "qui l'ont déjà jugé". "Karim doit bénéficier, comme nous tous, de ce droit fondamental, la présomption d'innocence", a-t-il déclaré jeudi. "Je crois que certaines personnes se sont très bien comportées, comme Nicolas Sarkozy et d'autres moins bien et l'ont déjà jugé, des personnes très importantes et qui, selon moi, se sont plutôt mal conduites", a-t-il ajouté, faisant apparemment référence au Premier ministre Manuel Valls.

EN SAVOIR +
>> 8 Français sur 10 ne veulent plus revoir Benzema en équipe de France

>> Les maîtres-chanteurs voulaient soutirer 1 millions d'euros à Valbuena

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter