Laurent Blanc obsédé par le jeu

Laurent Blanc obsédé par le jeu

Football
DirectLCI
LIGUE DES CHAMPIONS – Malgré la victoire 3-1 au match aller, le technicien parisien a débarqué à Londres avec une ambition : ne pas subir. Persuadé que la qualification du PSG pour les demi-finales mardi soir passera pas le jeu, Laurent Blanc veut rester fidèle au système qu'il a mis en place cette saison à Paris.

Le Président continue d'appliquer son programme. Arrivé à Paris avec une idée précise de ce qu'il voulait mettre en place, Laurent Blanc continue depuis d'imposer sa patte sur ce PSG en passe de se qualifier mardi soir pour les demi-finales de la Ligue des champions. Sous la houlette de l'ancien sélectionneur de l'équipe de France, le club de la capitale est passé d'une équipe jouant essentiellement en contres, le système Carlo Ancelotti, à une formation obsédée par la possession du ballon et l'enchaînement de passes.

Du beau jeu, donc, mais aussi des résultats, un peu comme le Bordeaux devenu champion de France en 2009 avec un Laurent Blanc en entraîneur débutant et un Yoann Gourcuff qui marchait sur l'eau. Aujourd'hui, c'est tout le PSG qui paraît irrésistible, à condition qu'il applique sa nouvelle philosophie de jeu. Au match aller face à Chelsea, Paris a vécu une première période mal maîtrisée, à cause d'une possession trop partagée (51 % - 49 %) .

"On doit faire du jeu et ne pas subir, même à l'extérieur. C'est le lot des grandes équipes"

Chose que ne veut plus revoir Blanc : "On n’est pas venus ici pour souffrir, a notamment expliqué le technicien lundi en conférence de presse. Notre façon de jouer, c’est d’avoir le ballon, de faire du jeu et de ne pas subir, même à l’extérieur. C’est le lot des grandes équipes." Une vision que partage Blaise Matuidi, grand artisan du renouveau parisien , lorsqu'en seconde période son équipe a enfin posé le pied sur le ballon. "On s’attend à ce qu’ils nous pressent d’entrée, un peu comme au Parc, mais il nous faudra rester concentré sur notre jeu et notre philosophie, a ainsi estimé le milieu de terrain. Il faudra surtout jouer comme on sait le faire, bien ressortir le ballon et les mettre en difficultés."

Et si Blanc a affirmé que la statistique montrant qu'une équipe qui s'est imposé 3-1 à l'aller a 76 % de chance de passer "n'a pas d'importance", il ne peut ignorer la suivante : depuis que le PSG a pris l'habitude de garder le ballon près de 60 % du temps, il marque au moins une fois par match. Largement suffisant pour se qualifier mardi soir.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter